Pourvu que l’histoire dure encore longtemps, tant ce « pays » est important sur Terre, et pour la Terre. C’est le plus grand de tous, il relie et connecte presque tous les autres pays. On le voit souvent dans le voyage, sans y prêter attention pourtant la conclusion est claire. On en a plus que besoin. Il compose 80% de la surface du Globe, autant que sa proportion dans le corps humain. C’est vital. Bienvenue dans ce pays gigantesque : L’Eau.

Les mers et les océans sont peuplées de marins. Comme pour les motards, ils ont leur routes fétiches, leurs codes, leurs langages, leurs rêves. Leurs peurs aussi, leurs épreuves, leurs obstacles à surpasser.

Et quand on n’est pas baigné dedans depuis tout petit, il y a beaucoup de peurs à surpasser. Premiers challenges : apprendre à le connaître, rencontrer des marins, passer les permis mer et fluvial, apprendre à vivre sur un bateau, apprendre à naviguer. Et pourquoi pas mettre les voiles 😉

Versions : español – English – Français

🇪🇸 Además de ser la experiencia la más cara del viaje, la logística va a fallar y las historias van empezando. Pensábamos que la moto podía llegar antes de nosotros, en la noche. Cuando llegamos a Bogotá, Colombia, la primer preocupación es llegar al terminal de carga. Nos dicen que la moto está en Panama todavía, programada para un vuelo con una parada en CCS. Cada aeropuerto tiene tres letras. Cartagena ? No, Caracas, Venezuela ! Los agentes nos dicen : « no hay vuelo Caracas-Bogotá antes de 20 días ». Gracias al apoyo de nuestros amigos en Colombia y la agente colombiana de la compañía de Logistica, vamos a empezar un recorrido para que la moto llegue en Bogotá. Lo entendemos, la agencia panameña no va a hacer nada. 50 llamadas en 24 horas para coordinar entre Venezuela Colombia y Panama. Finalmente logramos desviar el vuelo, regresando la moto desde Caracas hasta Panamá para que tome un tercer vuelo directo de Panamá hasta Bogotá. Historia increíble. Y va a seguir durante 4 horas con las aduanas para recuperar la moto. Lo sabemos, el nuevo capítulo del viaje podrá empezar cuando estemos en la carretera con la moto. 
🇬🇧 More than being the most expensive experience of our overland travel, the logistic story will be more complicated than expected. The bike was supposed to reach directly Bogota a few hours before us at the same airport. When landed at Bogota, as the luggage went with the motorbike, the only preoccupations are to reach the company and know about our parcel. They tell us that it is still in Panama, …. waiting for next flight to …. Caracas Venezuela. And the company adding : « there ‘s no flight between Caracas and Bogota ». The next hours are stuck on the phone trying to coordinate Venezuela Panama and Colombia to cancel the flight and make it direct. Too late, the agent in Panama did not cancel … and we know he won’t help at all. With the help of our friends Laura and Sebastian, and the agency in Colombia, we are going to ensure the motorbike goes back as soon as possible to Panama, in order to take a third flight, this time the good one. Incredible story, and we don’t speak about the 4 hours spent at the customs for temporal importation.. now we know, the trip will start when the bike is here and now with us ! 
🇫🇷 En plus d’être l’expérience la plus chère du voyage, les péripéties logistiques vont se multiplier pour la récupération de la moto en Colombie. Jusqu’à devenir incroyables. La moto devait partir à quelques heures près en même temps que nous directement vers Bogotá, au même aéroport. Facile. Ayant mis les sacs avec la moto, la seule préoccupation à notre arrivée en Colombie est d’aller au terminal de fret pour récupérer la Falcon. « Votre colis n’est pas parti, et il est programmé pour CCS ». Les trois lettres de cet aéroport nous interpellent : CCS comme Carthagena où nous voulions initialement arriver en Colombie ? Non CCS comme Caracas au Venezuela. Connaissant les relations et la situation politique actuelle, ça craint. Avec l’aide de nos amis colombiens Laura et Sebastian, et l’agente colombienne, nous allons tout faire pour annuler cette déviation et recaler le vol vers Bogota. Il faut que l’intermédiaire panaméen annule avant 17h30. On le comprend très vite, ce n’est plus son problème et il ne va pas nous aider. La moto part au Venezuela. S’ensuivent des dizaines de coups de téléphone dans les 3 pays pour rapatrier le colis vers le Panama et recaler sur le prochain vol vers Bogota. Le troisième vol sera le bon. En sortant d’un avion c’est le genre d’histoire qui secoue ! Sans parler des 2 jours d’attente et des 4 heures de démarches de douane pour l’importation temporaire de la moto. On le sait, on le réalisera plus tard, le nouveau chapitre du voyage commencera quand nous serons tous les 3, la moto et nous, à prendre la route. 

Version : español, english,  français. 

🇪🇸 Cada viajero tiene historias con las fronteras, y con la moto es más sabroso ! El cello en el pasaporte es el recuerdo. Y a veces parece complicado y demorado para obtenerlo. El secreto : el tiempo ! Añadiendo los tiempos en las fronteras de Centro América, resultan 24 horas, de trámites, de papeles, de discusiones. Aquí son nuestras historias, y deberían recordar al viajero en moto algunas de sus anécdotas. Aquí es un recompilatorio de los mejores momentos, y lo más memorables : 

  • Salida de México 🇲🇽 : por la ciudad de la Mesilla, entre Comitan y Huehuetenango. Tan felices de pruebas la experiencia de salir con la moto que no nos damos cuenta que pasamos la aduana. Llegamos al sécable « bienvenido a Guatemala ».. regresamos para el cello esta vez y ya! 

  • Entrada a Guatemala 🇬🇹: primera vez que entramos en un país latinoamericano con una moto. Descúbrenos el sistema, las tramites, y la paciencia… para el tiempo que se necesita! 

  • Salida de Guatemala 🇬🇹: nos piden pagar 300 quetzales porque estaba si festivo… que ? Salemos directo sin pagar! 

  • Entrada al Salvador 🇸🇻: un poco nerviosos porque no sabemos si los papeles de salida de Guatemala son en regla.. pero todo pasa bien. 

  • Salida del Salvador 🇸🇻: nada que pagar, todo bien. El policia se puso a reír cuando le dijimos lo que hicimos en el país y las palabras salvadoreñas. Que chivo ! 

  • Entrada a Honduras 🇭🇳: con los músculos! 5 personas están vendiendo servicios de ayuda para pasar la frontera. Nos hablan y no podemos respirar.. el policia nos pide más dinero que lo que debería de ser. Fortunadamente, Un amigo de nuestros amigos salvadoreños trabaja en la aduana y facilita las tramites ! Increíble la pasamos bien, y después tomamos la ruta juntos por 40 kilómetros. 

  • Salida de Honduras 🇭🇳 : la travesura de Honduras fue rápida, 3 horas. Queremos salir del país para llegar a Nicaragua y sabemos que la entrada allá se desmora. Cellos de pasaportes hechos, vamos rumbo por la aduana para cancelar la importación.. hay nadie vamos a pasar rápido. Cuando la policia nos ve llegando, cierra la ventana para hacer una pausa de almuerzo. Ella regresara en una hora o más. Nos quedamos con calma aunque hace mucho calor  y empezamos a hablar a la gente cerca. Piden a una persona que llegue. Ella puede hacer el cello ! Ya! 

  • Entrada a Nicaragua 🇳🇮 : cruzamos el puente y se queda el éclair, 36 grados. A causa de la obra, solo una fila funcionando.. pasamos todos los camiones por la izquierda hasta que un agente nos para..Gaela sale a pie primera para hacer los trámites. Hablamos con los conductores de camiones que esperaron todo el día para pasar. Cuando es nuestra vuelta, hay un montón de trámites que hacer : fumigación, seguro, importación..y hay que correr por las firmas de cada uno ! 

 * Salida de Nicaragua 🇳🇮 : solo hay que tener un cello del agente de aduanas y y’a, nos dicen. Pero donde está el agente ? 

  • Entrada a Costa Rica 🇨🇷 : 3 policías investigando la moto..

  • Salida de Costa Rica 🇨🇷 : un kilómetro antes de llegar a la frontera, una tormenta nos para y tenemos que esperar bajo un techo. 

  • Entrada a Panamá 🇵🇦: hay errores en los nombres, apellidos, número de motor. Hay que hacer todo otra vez. Salemos de la frontera al crepúsculo..no recomendable pero así duro mucho. 

  • Salida de Panamá 🇵🇦 : en avion. Al aeropuerto no podemos pasar con las herramientas. Adiós la llave de 8 !

🇬🇧 7 countries crossed, the two of us and the motorbike, and how many stories and anecdotes. Adding the time spent at each border, you get 24 hours. Here are the stories : 

  • Getting out of México🇲🇽 : so excited to get out the country with our bike that we reach the Guatemala sign without seeing the customs.. went a few miles back to find it. Oups ! 

  • Getting in Guatemala🇬🇹: first time we Import the bike in another country. Discovering all the paperwork and the patience needed to pass the border, the three of us ! 

  • Out of Guatemala 🇬🇹: we are asked to pay a tax for holiday, as it is written on a piece of paper stuck on the window.. they are 40 people waiting to enter. We are the only one to want to get out and only one office.. we leave without paying. Not sure we did all the paperwork correctly then.. but saved time ! 

  • Getting in Salvador 🇸🇻: a bit nervous when they ask us the Guatemalan papers. Finally everything is ok. Oufff ! 

  • Getting out of Salvador 🇸🇻: all good, the policeman laughing when he asked us what we did in the country. And we answered with all the salvador words and songs we learned ! 

  • Getting in Honduras 🇭🇳: 5 people harassing us to take their services in order to pass quicker..the customs ask more money than it should be.. fortunately a friend of our salvador new friends is working at the customs and when we find him everything goes simple and quick. And after that we take the road and ride together for 40 km ! 

  • Getting out of Honduras 🇭🇳 : when they argent sees us, she close the window for lunch time. Back in one hour or more, well. Keep calm. We start to talk to everybody around to pass the time and after that someone else accredited to stamp is coming miraculously ! 

  • Getting in Nicaragua 🇳🇮 : still 36 degrees on the other side of the bridge. Only one way due to roadwork. Trucks have been waiting for a day to pass. We pass everyone and start to run for every stamp : migration fumigation importation insurance etc..

  • Getting out of Nicaragua 🇳🇮 : just need a stamp of the officer and that s it. But where is the officer ? 

  • Getting in Costa Rica 🇨🇷 : 3 officers investigating everything on the bike ! 

  • Getting out of Costa Rica 🇨🇷 : One Km before the border, a storm starts.. we wait under a roof. 

  • Getting in Panamá 🇵🇦: errors on our names, surnames, and engine number, they have to do again. And now the sun goes down. Not recomendable. 

  • Getting out of Panamá 🇵🇦 : by plane. At the airport, they quit the tools of our bag. Bye keys ! 

🇫🇷 Chaque passage de frontière à son histoire, et le passage de la moto avec nous ne fait qu’en rajouter. 7 pays parcourus. Et en ajoutant tous les temps passés, plus de 24 heures dans les bureaux d’immigration, d’entrée et de sortie, et des douanes. Avoir le temps. Laisser le temps de faire. Et se préparer à tout ! Voici nos brèves de frontières : 

  • Sortie du Mexique 🇲🇽 : prêts à passer à l’autre pays, nous passons devant la douane sans nous en rendre compte et arrivons au Guatemala sans tampon mexicain de sortie. Retour 4 km en arrière pour s’arrêter cette fois ci et tamponner les passeports. Une Barcelonaise passe avant nous, elle fait un visa run, c’est à dire qu’elle sort du pays pour y rentrer et refaire valider 3 mois de séjour. Elle a une réclamation à faire car on lui avait anormalement ponctionné 500 pesos la fois précédente. En passant après elle on est sur qué l’on va rien nous demander ! 

  • Entrée au Guatemala🇬🇹: première frontière passée avec la moto, on découvre tout le système et ca dure longtemps. La douane est à côté des marchés et vendeurs ambulants, ambiance. 

  • Sortie du Guatemala 🇬🇹: il fait une chaleur! on nous demande de payer 300quetzals (40€) car il est écrit sur un papier collé fraîchement sur la porte qu’aujourd’hui est un jour férié. 50 personnes attendent pour entrer dans le pays. On veut sortir et on nous dit de se mettre dans la même file qué ceux qui veulent entrer. Nous sortons, démarrons la moto, et partons sans poser de question ni payer. 

  • Entrée au Salvador 🇸🇻: plutôt agréable, on attend dans la salle climatisée. Quand l’inspecteur nous demande le papier de sortie du Guatemala, coup de pression en pensant qu’il manque un tampon du fait qu’on soit parti directement.. le douanier le photocopie, en fait il n y a aucun problème. 

  • Sortie du Salvador 🇸🇻: rien à payer, plutôt rapide. Fou rire du policier quand on lui sort les mots appris dans le pays. Qué chivo ! 

  • Entrée au Honduras 🇭🇳: musclée, 5 personnes qui nous assènent alors que le moteur tourne encore. Impossible de s’en dépêtrer. On attend Windy, un ami de nos amis salvadoriens qui travaille aux douanes et va nous aider à passer très rapidement et en payant les bons prix. Expérience insolite, et on fait même 40 km ensemble après la frontière. 

  • Sortie du Honduras 🇭🇳 : sortie 3 heures après l’entrée, après 250 km couverts de poussière, il fait 36 degrés, on veut juste sortir du pays avec trois tampons et en nous voyant l’officier des douanes affiche le bureau Fermé. Et part en pause déjeuner. On reste très serein et on commence à parler à tout le monde, au bout de 5 minutes une personne qui n’a pas vu la scène arrive et appelle un autre douanier. Oufff.

  • Entrée au Nicaragua 🇳🇮 : on a juste le pont à franchir, il fait toujours 36 degrés et il y a des travaux donc une seule voie fonctionne. Nous dépassons tous les camions avec la moto et passons. De nouveau on attend. La file dure des heures. Il fait désintoxiquer la moto puis faites les démarches d importation et d assurance, en allant payer 3$ par ci et 2 par la et en cherchant les signatures des uns et des autres. L’encre des papiers coule sur les doigts. 

  • Sortie du Nicaragua : la course aux photocopies et à la signature du douanier. Mais où est il ? 

  • Entrée au Costa Rica 🇨🇷 : 3 policiers investiguent la moto sous tous les angles. 

  • Sortie du Costa Rica 🇨🇷 : orages un kilometre avant la frontière, nous sommes tous mouillés et les papiers officiels sont des torchons. Une énorme flaque avant de garer la moto histoire de ne plus être sec du tout. 

  • Entrée au Panamá 🇵🇦: des erreurs sur tous les papiers. Nom, prénom, plaque, numéro de châssis. On leur notifie. Il faut tout refaire. On ne sortira pas de jour. Il commence à faire nuit et La moto n’a pas encore été désintoxiquée. 

  • Sortie du Panamá 🇵🇦 : en avion. On nous sort la clé a mollette, les clés plates et la pince. La suite dans un prochain chapitre. 

The Honda 110cc stayed in Lao to continue the road with 2 other travellers (from South of France also, and we wish them the best trip!). Time to discover Myanmar. 

La Honda est restée au Laos pour continuer sa route avec deux autres voyageurs (anecdote : ils sont du Sud de la France et nous leurs souhaitons un beau voyage!). Il est temps de découvrir le Myanmar.

« En route, le mieux est de se perdre. Lorsque l’on s’égare, les projets font place aux surprises, et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. »
On The road, the best is to get lost. When you loose your way, the projects become surprises, and at this time only, then the journey starts.

Nicolas Bouvier

Mon petit-fils…

Je te souhaite un bel anniversaire. 20 ans, tu as déjà fait une grande expédition dans le ciel de ta vie. Et pourtant ! Si je te disais que le meilleur reste à découvrir, à vivre … Le meilleur, c’est aujourd’hui. Ce sera demain.

Chaque jour est différent, il se vit comme un moment unique, comme un voyage. Chaque jour est une étape de ta vie, c´est un nouveau voyage. D’ailleurs, dans un voyage comme dans la journée, le plus difficile, c’est bien le premier pas. Dur de se lever. Démarrer du bon pied. Allez, on y va. Partons à l’aventure. Relevons les défis. J’ai un jour relevé un défi…

J’avais ton âge, et un sac sur le dos… Je suis allé chercher ma vraie nature, à la rencontre des gens et de moi-même. A l´autre bout du monde… Seul, sans souci, je n’avais rien d’autre à proposer aux gens qui m’ont laissé dormir chez eux qu’un sourire, et mes mains pour travailler. J’ai voyagé en demandeur. On passe l’essentiel de sa vie à faire ce que les gens nous demandent, à compter ses sous et le temps qui passe, mais moi je ne voulais rien de tout ça. Je n’avais rien, rien d’autre à donner que ce que j’étais. On dirait que dans la vie les gens ne font que se croiser, je voulais les rencontrer.

Une rencontre qui peut changer une vie ne tient à rien, au départ. Les rencontres sont nécessaires pour savoir ce que l’on est. Elles sourient à la vie comme une mère à son enfant. Mais rencontrer, c’est savoir aussi être seul, face à soi-même. Tu te révèles dans chaque rencontre que tu fais.

Pour te rendre compte de tout ça, pour te rendre aussi compte des gens que tu aimes et qui t’aiment, tu dois aller loin. Les choses les plus simples sont aussi les plus difficiles à trouver. C’est là que tu fais le premier pas. Tu trouveras ce qu’il y a de plus simple en toi en marchant sur le chemin de la vie.

Sans clé, sans carte et sans code, plus rien ne te retient. Pas même ton cœur qui est grand ouvert, qui ne se nourrit que des rencontres que tu fais. Tu as tant de choses à leur donner, et ils ont tant te donner.

Ta grand-mère a nourri mon cœur pendant mon voyage. Loin de 17 000 kilomètres, elle m’a fait confiance, m’a donné cette liberté. En quelque sorte, on a fait le voyage ensemble ! Dès le premier jour en Australie, je la sens dans mon cœur, oui elle me suit bien.

Aussitôt arrivé sur le sol de l’ « île d’en bas », j’appelle mon seul et unique contact par téléphone. Dans cinq minutes, le train va m’emmener vers la ferme qui va m’accueillir. Pas une minute à perdre. Ton grand père est un fonceur… Ne perdons pas de temps !

Pendant mes 50 premiers jours, je resterai près de la côte, proche de la civilisation. Je voyage de ferme en ferme, apprends le travail, rencontre des familles entières avec lesquelles je partage le quotidien. Je trouve des voyageurs aussi qui cherchent ou trouvent leur chemin.

Les gens je ne les croise pas, je les rencontre, je reste avec eux. J’ai besoin de ça. Au bout d’un moment, tu as besoin de ça. Tu as besoin des gens pour t’aider, pour vivre. Tu ne peux pas faire sans eux, à moins que tu sois un vrai solitaire! Déjà que tu es seul, tu ressens le besoin de partager. Rappelle-toi de ceci …

« Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l’acte de renaissance. Tu te trouves devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère.

Dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d’importance à ce qui t’entoure parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens car ils pourront t’aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur des Dieux avec une grande allégresse, comme s’il s’agissait d’un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante. »

Tu me suis toujours ? De ferme en ferme, je prends l’habitude de me sentir léger comme un ballon, je parcours un coin du pays. Je prends conscience qu’il y a toujours un moment où il faut partir. Alors, je m’approche d’une nouvelle ferme. Ca fait bizarre, mais tu dois l’accepter. Te sentir aller ailleurs, avoir envie de t’envoler, ne pas retourner sur tes pas mais aller flirter avec l’inconnu, le désert.

Le désert. Terre aride aux couleurs saturées. Terre vide qui t’appartient. Ou toi qui appartiens au désert. Une route rectiligne fait une artère dans le paysage. Et l’horizon, si loin, trace la perpendiculaire… Le désert est le seul endroit où l’on ressent un vertige… à l’horizontale.

Mais pourquoi le désert, le vide, alors que les rencontres sont si belles ? Parce que la rencontre avec le désert est unique. Le pied que tu poses sur cette terre rouge veut l’adopter. Il t’adoptera. Aller dans un désert de gens te donne encore plus envie de rencontrer, de partager. Ta vie en dépend tellement. Les touaregs du désert australien ont des chapeaux de cow-boys vissés sur la tête, un air un peu austère. Mais ils m’ont accueilli, moi, étranger.

Pendant les 50 jours qui suivront, je resterai avec eux, dans leur monde. L’immersion est totale, la première rencontre est unique. Elle te prend comme un électrochoc. M’adapter à leur style de vie devient obligatoire. J’apprends petit à petit à travailler le bois, le fer, puis avec les bêtes, j’apprends aussi à monter à cheval.

Ces gens m’apprennent leur travail, ils me donnent des conseils. Bien que pas très loquaces, le peu de pots qu’ils m’offrent est vécu comme un véritable moment d’humanité, dans ce désert que même les bêtes ont du mal à adopter. Ils ont quelque chose en eux qui les attache à leur terre, ils ne troqueraient jamais ce paradis infernal fait de poussière contre un enfer de pacifique, ou pire, une bulle citadine. Ces gens me font penser aux Afars que j’avais rencontrés en Afrique. Ils font penser aussi à des fous, qui voudraient montrer au monde entier que l’on peut vivre  n’importe où sur Terre, quelques soient les contraintes, mais peu importe.

Rencontre unique. Monde à part. Surprenant. Le monde est rempli de secrets, il cache des choses surprenantes. Même si le mode de vie est différent, ma façon de voyager reste la même, je vis de ce que me donnent les gens. Les gens me nourrissent d’espoir, d’envie de vivre, de défier l’inconnu. J’aime ces instants où tu sens ton cœur retentir comme un caisson de basses. Les basses, le grave, le vrombissement d’un moteur d’hélicoptère, les beuglements inespérés de ce troupeau coincé dans le yard pour un jour ou deux avant de revenir sur des terres libres.

Je me nourris de ces instants. Et sans savoir pourquoi, mon cœur bat toujours pour elle. Je l’entends qui frappe à la porte de mon cœur, et il l’accueille. Cette grande image que j’ai dans les yeux, et même encore maintenant,me rend libre de decouvrir toute la beauté du monde.

A ce moment là, je le sais, nous repartirons, mais cette fois ci,  nous repartirons tous les deux, ensemble. Et nous reviendrons plus épanouis. Nous partirons. Pas forcément loin, mais on ira sans clé, sans carte et sans code, frapper à la porte de l’habitant, marcher et relier nos chemins. Partager, enfin.

Un chemin qui se dessine à l’horizon. Un peu cabossé de temps en temps, il vaut la peine d’être parcouru. Admire le paysage, pose-toi de temps en temps sur le bord du chemin. Prend même le temps de sortir du chemin, pour voir aux alentours. Quel plaisir de faire le chemin à deux, après une ère de solitude. Les destinations se ressemblent. Il n’y a que la route, le chemin qui importe. Et à deux c’est mieux.

Chaque jour est une étape de ta vie, chaque jour que tu vis est un nouveau voyage. Tu fera des voyages, mais c est surtout le voyage qui te fera. Tu te remettras toujours en question, mais tu iras aussi de l’avant. Avance tant que tu peux. Vas y avec l’amour et l’humour.

L’humour,  l’amour sont nos trésors. Allez, bon vent !

Embarquer dans le Transsibérien pour une semaine MOSCOU, RUSSIE | Découvrir « la moitié du monde », par 45°C, en plein Ramadan ESFAHAN, IRAN | Marcher dans les jardins fertiles de Mésopotamie ZAKHO, IRAK | Toucher la frontiere chinoise, en trek à plus de 4000 mèters, puis s’engager sur la route de la soie TIEN SHAN, KIRGHIZISTAN | Rejoindre les paturages du Lac Song Kol à cheval KOCHKOR, KYRGHIZISTAN | Attendre le visa pour le prochain pays dans les calvaires de la bureaucracie locale BISHKEK, KIRGHIZISTAN | Se poser dans l’une des plus vieilles églises du monde MAALOULA, SYRIE | Avoir le souffle coupé RIJEKA CRNOJEVICA, MONTENEGRO | Passer le ramadan dans une famille kurde traditionnelle SILOPI, TURQUIE | Cuisiner des crepes avec des diplomates de l’O.N.U PRISTINA, KOSOVO | Parcourir le pays de la diaspora en stop dans des 4×4 de luxe TIRANA, ALBANIE | Dormir chez des bédouins RAQQA, SYRIE | Passer dans l’allée des Snipers SARAJEVO, BOSNIE ET HERZEGOVINE | Résister à la pression d’une détention injuste ALMATY, KAZAKHSTAN | Vivre l’esprit du voyage jusqu’au bout, en stop jusqu’à la maison et sans dormir BELGRADE, SERBIE |  Dormir, manger chez les gens, faire du stop, apprendre les langues locales et partager, dire « oui » à toutes les invitations, PARTOUT….