Expedistan

expedistan-map

Expedistan 2009.

🇫🇷 Au départ de l’aventure il y a un projet : partir, au lendemain des remises de diplômes, sur la Route de la Soie avec 1000 € chacun et les sacs sur le dos.

180 jours plus tard, Ce sont 19 pays parcourus et plus de 25.000 kilomètres parcourus à pied, à cheval, en train, en auto-stop. Traversée de l’Asie Centrale, du Moyen Orient et de l’Europe de l’Est, vivant chez l’habitant, au gré de leurs rencontres et partageant les langues locales. Improvisation et débrouillardise, anecdotes burlesques, petites et grosses contrariétés, mais aussi émerveillement et désir de partager émaillent le récit du voyage.

Au delà du défi d’explorer des terres peu connues, découvrez les aventures de deux étudiants français qui racontent, avec la fraîcheur de leurs 22 et 23 ans, ces 180 jours à la découverte du monde : Expedistan…

Récit coming soon

Pour en savoir plus Rendez vous sur les catégories Europe, Moyen Orient et Asie (pays ex soviétiques)

🇪🇸 Al principio de la aventura hay un proyecto : salir el día que se terminaron los estudios para conocer Rusia y los paises de la Comunidad De estados independientes. 6 meses después, un recorrido de 25000 km en auto-stop, caballo, tren, bus, a travies de 19 países para llegar a casa sin tomar el vuelo de regreso, por tierra !

🇬🇧 At the beginning there is a project, the day after the diploma, to leave the country and go exploring Rusia y learn Russian. 180 days later, 19 countries have been crossed to go home after cancelling the flight back! 25000 km of adventure, taking several transports : horses, train, hitch hiking.. Follow us Expedistan !

Expedistan 2009 : Part III

Expedistan Novembre 2009. Où en sommes nous en quelques lignes.

Les premiers mois, Expedistan, c’ était ça : ЕКСПЭДИСТАН.
Asie Centrale : Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbekistan, Azerbaidjan.
 
L itinéraire était a peu près prévu, surtout les rêves.. et la réalité a été toute autre. Nous avons touche la frontière chinoise pour ensuite partir vers l ouest.
On apprend le russe en parlant  avec les immigrés tadjiks dans le transsibérien, on fait un mois de trek, on découvre les trésors de la route de la Soie.

Les mois suivants, Expedistan ressemblait plutôt a ça :    اكسبديتان
Moyen Orient : Iran, Irak, Syrie, Turquie.

Rien n’était prévu, tant mieux! On continue avec l’envie de revenir par la Terre, en se nourrissant de rencontres. Envie de vaincre les préjugés. Envie de relever les défis. Envie de se découvrir.
On apprend l’arabe dans une ecole a Damas, on découvre l Iran pendant le mois de ramadan, et on vit l’Eıd El Fıtr en Irak.

Et maintenant ? Expedistan.
Europe : …………………..

Nous sommes maintenant a Istanbul, a la porte de l’ Europe, et la suite du voyage sera Expedistan tout court. La suite est encore moins prévue, et le voyage se poursuivra au gré des rencontres, toujours dans l improvisation. On marche vers l’ouest par les Balkans. A suivre, suivez nous !

Croatie : week-end à Dubrovnik

Escale courte mais intense en Croatie, à Dubrovnik le temps d’un week-end. Le temps n’est pas de la partie mais nous nous tenons à l’abri dans les beaux monuments de la vieille ville.

 


On visite Dubrovnik sous la pluie : ) !!! Peu importe, on retiendra surtout la soirée passée hier soir avec notre dernier chauffeur d auto stop dans une cabane pres de la mer, Marko a 72 ans a émigré après la révolution hongroise…

Celle la c est une longue histoire aussi. C est notre nuit a Dubrovnik ! En deux mots : VIVA COUCHSURFING : ) ou comment dormir dans la réserve d’un magasin de produits informatiques !

Le lendemain, avant de partir pour la Bosnie!!

A Sarajevo, en Noir et blanc


A Sarajevo, on fait valser les pigeons de la place Sebilj.

A Sarajevo, on prend le tramway et on observe.


A Sarajevo, on évite de justesse (d’un mètre et une quinzaine d années) une bombe lâchée pendant la guerre.

A Sarajevo, on regarde la bibliothèque nationale lentement se reconstruire.

A Sarajevo, il y a le quartier turc, le quartier autrichien, le nouveau quartier ….

A Sarajevo, on regarde les joueurs d échecs sur la place principale.

A Sarajevo, on passe dans le tunnel, chemin de l espoir pendant la guerre.

A Sarajevo, on marche la main dans la main avec nos sacs. On part pour l’une des dernières destinations de notre voyage : Belgrade, Serbie.

Entre Mostar et Sarajevo

Entre Mostar et Sarajevo…on est en train.

Le train de Mostar  est comme une attraction du Parc Astérix : des ponts, des tunnels, des wagons qui penchent…. mais pas de looping.

Dans le train on apprend le bosniaque, on sort la tête, on prend des photos, on s ennuie, on rigole, on a froid, on a chaud….Tout a l heure, on arrivera a Sarajevo…les pieds dans l eau et le ciel qui nous tombe sur la tête !

On retrouvera Belma, une étudiante croate rencontrée entre Dubrovnik et Mostar, par hasard elle avait reconnu notre accent et s’était retournée : « Je peux parler français avec vous ? »

Mostar en 2009, ou les stigmates de la dernière décennie

En Bosne e Herzegovina, nous avons pour projet de comprendre et revisiter les conflits de la dernière décennie. On arrive a Mostar, une ville divisée par la rivière Negretva, et divisée et deux peuples essentiellement : les croates et les bosniaques. En 1993-1994, les conflits entre les 2 peuples s accentuent, et on s envoie des bombes de chaque cote de la rivière. Il reste deux traces hors de la ville : d un cote de la montagne, une croix chrétienne. De l autre cote : une inscription qui l affronte : « Tito on t aime ».

On découvre d abord une ville en vieilles pierres qui nous rappelle certains villages typiques aveyronnais…à quelques détails près.

Le pont, détruit par un missile, a été reconstruit il y a 5 ans. plus de 20 mètres de haut. C est l icône de la ville. Certains garçons sautent du haut du pont, mais on en a pas vu ce jour la…ça caille en ce moment.

La photo inévitable. Il ne manque plus qu un  petit Welcome to Mostar et une obliteration et la carte postale est faite.

Rapidement, on sort du vieux quartier….

Sur la ligne de front qui sciait la ville en deux ( parallèle a la rivière ), nous nous permettons ce que nous ne pouvions imaginer il y a quelques années. On le fait, mais pas longtemps… Contrairement aux autochtones, on a du mal a s habituer.

Il n y avait pas que des snipers par ici…

Elles sont éloignées, mais de cet angle, elles semblent proches. La mosquée et l église ont été reconstruites.

Avant après…en temps reel.

Ça se reconstruit. Passer dans cette ville est une nouvelle expérience. Les traces sont si visibles. Mais les gens qui vivent se sont bien accoutumes. Stoïques, ils trépassent dans les rues. Les vieux jouent aux échecs. Les jeunes vont a l école. Parler avec les jeunes de notre génération est aussi une forte expérience.

Montenegro en stop

Les bonnes joies de l Europe : les gens qui téléphonent, les voitures qui roulent la ou il faut rouler, les bus qui partent a l heure…On retrouve notre continent après 5 mois de voyage en Asie et au Moyen Orient. Retour à nos bonnes vieilles habitudes…avec la sauce des balkans bien sur !!!

Nous arrivons en Croatie par la petite porte. Dubrovnik, terre de croisadiers, terre de touristes, ne nous fait même pas peur !!!! De Podgorica, ex-Titograd, nous nous lançons sur les routes remplies de voitures avec un chauffeur mais zero passagers… Dommage que le co-voiturage ne soit pas si développe ici… On doit se mettre dans des situations originales pour arriver a se faire embarquer… Le beau temps est de la partie, alors ce n est pas la peine de râler!

Miloch nous embarque a la sortie de Cejtine, direction la cote adriatique Budva !!!

Il faut parfois continuer en marchant…argh le moyen orient nous manque.. Mais les paysages sont splendides.


on the road again

On se rapproche de la frontière croate, avec un panorama monténégrin qui nous dit : Go back soon !


Au lieu d aller a Kotor, les deux jeunes qui nous ont pris en stop vont nous faire monter sur le ferry : ) !!!

Vive le hitch boat hiking !!!


On dit au revoir au Montenegro avec ces montagnes…

La frontière croate n est pas très loin, mais il est 16h30 et la nuit tombe. Dur de faire du stop dans la nuit a 4 kilomètres d une frontière européenne. Après une histoire de poulets qui tourne au vinaigre, on rencontre un croate de 72 ans qui finit par nous embarquer … jusqu a chez lui. On passe la soirée chez lui, il nous raconte sa vie (de ouf ! a suivre….). On est en Croatie

Podgorica, capital !

A Podgorica, on rencontre Olivier, un professeur de français toulonnais qui enseigne au centre culturel français. On passe des soirées extras avec ses amis. On participe un soir a un atelier d écriture…en français bien sur ! Gros délires et liberté d écriture garantis !!!

Ne pensant que traverser ce petit pays, nous restons un jour de plus pour suivre les conseils d Olivier et explorer la vieille capitale monténégrine : Cetinje . L une de nos plus belles journées dans les Balkans..!

Bien sur on y va en stop.

Cetinje est l ancienne capitale, et tout y semble petit : les batiments administratifs, les églises sont petites mains pleins de charme.

…et pleins de couleurs !


Les slips sechent !

une vieille maison

De retour a Podgorica, la nouvelle capitale d un pays qui a juste un peu plus d habitants que Toulouse !


Dans les rues de Podgorica…

Albanie, Tirana 2009 : regard libre

On arrive en stop a Tirana depuis le Kosovo. Pays surprenant mouvemente par des strates politiques ces dernières années. Les grosses voitures et 4×4 a plaque etrangere  narguent les ânes et les charrettes. Mais l hospitalité est toujours présente. On rencontre un albanais qui nous fait découvrir sa ville, avant de retrouver notre pote couchsurfing.

Surprise. La Piramida est en reconstruction. Petit clin d oeil a un vieux barbu que l on connait bien. S il se reconnait il a droit a nous laisser un commentaire pour riposter. !

Sur la place centrale, les voitures pour pitchous se font doubler par les voitures de luxe. Tirana : musee Mercedes !

Communiste, capitaliste, anarchiste, … autant de strates politiques qu architecturales.


Edi Rama a voulu mettre de la couleur dans le quotidien des habitants de Tirana.

…des couleurs pour ameliorer le quotidien.

The Garrett President Museum… ou comment refaire le monde avec un couchsurfer harvardien. Lots of fun with this crazy guy !

Lots of fun.

Dans les grills de la vieille ville, les poulets cotoient les tetes de mouton….fameux hein !!!

A l ombre des arbres du lac artificiel, les vieux jouent aux dominos et aux echecs.

Des petits qui fument, du haut de la statue de la place centrale.

Des glisseurs ephemeres, sur la Piramida…. Les gosses l envahiront de nouveau dans quelques semaines….

Repartir sur les routes, en stop, a travers les couleurs des immeubles d Edi Rama. Direction le Montenegro..

Du Kosovo à l’Albanie..en stop !

On se lêve tôt, l’écran de la pharmacie annonce 1degre…. on  le sait, ils disent toujours faux…! On essaie de ne pas penser a ce froid de canard, ce n est pas le moment de se geler les pouces.

intrépides…..! jamais on avait tape un pouce par un froid pareil !

Lets go to Tirana !!


On arrive a la frontière a pied… on va au sud mais ça ne change rien a ce temps pourri !!!


Une énième Mercedes nous largue sur le lac de Kukes.

On profite de la vue deux minutes avant de se faire embarquer..

Un tunnel étant ferme pour cause de travaux, on prend la déviation qui doit faire de cette route la pire et la plus jolie d Europe !! Les Mercedes ont du mal a grimper et a se croiser sur les sentiers boueux de la déviation.


Comme le Kosovo, on témoigne de rapides changements en Albanie…La route sera plus facile dans quelques années.


La 2*2 voies nous nargue, de l autre cote….


Le foin, en albanian style !!!! Les couleurs de l automne sont superbes.

Obliges de prendre le chemin…. on mettra tout de même moins de temps en autostop qu en bus…


C est bon on y est !!!!! On est a Tirana, !!! Complètement crevés.

Visiter Prizren au Kosovo

Prizren

Peindre, pour dessiner l’avenir ?

 

 

Ca change de Pristina ! Prizren est une vieille ex capitale, pleine de charme, en plein Kosovo. On se leve tot pour monter jusqu au vieux chateau et sillonner les rues pavees.

Te un ecureuil qui vient nous dire bonjour de bon matin.

Photo matinale, avec la brume des montagnes aux alentours.

En montant a la citadelle, on voit des barbeles, des maisons detruites et abandonnees…

hem…

Du haut de la citadelle, la vue est extra.G&G style !!!!!!! Expedistan !!!


En redescendant, on prend le temps d explorer la ville, autrefois capitale…

Les monuments religieux nous intriguent, tous entoures de barbeles…. Nous nous approchons, 2 policiers nous expliquent. Ils nous offrent une visite guidee de l eglise en reconstruction…suite aux evenements de 2004-2005.

En reconstruction complete !!! Photo inedite.

Mais les cloches sont deja installees !!! On monte a l escalier temporaire…vertiges !

Cette eglise la…on a eu beau insister, impossible de visiter. Passe douloureux, mais avenir heureux >>>!?

Ca construit, le Kosovo change vite, tres vite.


Prizren

Voila, demain, on part pour l Albanie avant de rejoindre le Montenegro, … tout en stop !!!

 

Au coeur du Kosovo

C’est le but de notre nouveau projet dans les Balkans (Expedistan part III) : arriver dans un pays a la rache totale. Et pour le Kosovo ça marche ! D abord, on est creves. Dans le bus pourri qui nous emmene a Pristina, on a le choix entre regarder les clips de musique folklorique kosovar sur la tele, ou dormir. On dort. On se reveille a la frontiere pour se faire tamponner le visa. Super accueil avec des voitures blindées. Dommage : pas de cafe…
« You work here? »demande le policier
« Just visiting » on repond.
« …  »

Les yeux s ouvrent sur des montagnes superbes. On arrete de compter les stations essence bêtement : il y en a une tous les 500 mètres. Puis des carrières. Parfois, des collines vertes. Mais surtout, des cass’autos qui côtoient les grands magasins de voitures neuves… contraste.

On voit aussi un Renault Partner de la KFOR francaise, restriction budgetaire oblige, se faire doubler par  une  Golf neuve des patrouilles locales.  Ce n est pas du jeu…

Arrives a la station de bus, on ne sait pas quelle langue parler. Le serbe, surtout pas! Le russe, hem… On embete le premier anglophone du terminal de bus pour une lecon express d albanais : « Mirdita », « Faleminderit » et tout le tsoin tsoin !

Pas de plan de Pristina, juste une adresse : celle de notre couchsurfer, mais la, c est une autre histoire : on s elance dans les rues de la nouvelle ville a l assaut du King Casino, lieu qu’a priori tout le monde connait dans la ville. Un premier type nous dit « Welcome to Kosovo »! Croyant qu il parle l anglais plus que trois mots, on lui demande la direction. On le suit sur 1 kilometre, puis c est le vide. En fait il ne savait dire que « Welcome to Kosovo » et il a aucune idee de la localisation du casino… Deux filles prennent le relais, et au lieu de nous amener au casino, elles nous invitent a boire un cafe ! Sympa !!! Et rebelote trois fois d affilee avec successivement :  deux etudiants albanais, un kosovar qui veut nous payer le taxi et … un peruvien qui joue de la guitare dans la rue!

On finit par trouver a pied le casino au bout de deux heures de recherche, maintenant il fait nuit et on visitera demain.

Premieres minutes cocasses a Pristina.. c est quoi la monnaie ici ? c est quoi la langue ? Il est ou le casino ? aaaargghh ! Mais les kosovars nous reservent un accueil original.

Ca semble loin maintenant mais c etait quelques minutes avant de sortir du bus : de la montagne, du pont et du tunnel !!!!

Et parfois du reve !!! C est beau, c est vert, ca s appelle un petit village kosovar avec des moutons.


Et ca c est moche : des cass autos partout.

Nos premiers heures a Pristina, passees a chercher une adresse. On n a pas marche un metre tous seuls. Ici, accompagnes par un emigre peruvien qui joue de la guitare dans la rue. A ce qu il parait il est connu ici, a ce qu il parait.


Enfin on peut visiter. Bill est venu il y a deux semaines pour inaugurer la rue qui porte son nom desormais.

Clin d oeil depuis la fenetre du musee du Kosovo.

Le vernissage commence a 7 heures ce soir, mais le directeur artistique nous laisse entrer. On decouvre les peintures modernes d une jeune artiste kosovare. Le Kosovo reprendrait il des couleurs ?

Pristina ville neuve ?? Dans le reflet des immeubles consulaires et gouvernementaux, on apercoit les residus d une vieille ville. (Picture made by Gaela)

Enfin on s approche de la vieille ville. Les contrastes s accentuent. Ou sont les filles qui font du shopping et les types en bmw ? Ils semblent etre restes dans la rue Bill Clinton ou Nen Teresa. Dans la vieille ville, on apercoit ces visages, ces gens qui saluent avec la main sur le coeur, qui ne manquent pas l appel du muezz in.

Kosovo, terre de contrastes.

Petit freestyle de Galou dans les bois.

En Macédoine, MАКЕДОНИЈА !

En Macédoine, a Skopje, nous rencontrons nos amis couchsurfers Elena et Ivica. Nous partageons des discussions formidables sur leur vision de l Union Europeenne, sur les conflits avec la Grece, l emigration et les differences avec la Bulgarie. La Macedoine, c est aussi synonyme de retrouvailles avec la bonne bouffe : le porc, le vin, les bons plats !!! On va se regaler dans les Balkans ! On arrive a Skopje avec le beau temps, donc ca commence bien. Et ca continue encore mieux.

Et pourtant, ca commence avec une longue attente dans le no man s land…. une passagere du bus voyage sans passeport! On a hate d y arriver !!!


Dans le rue principale de la ville.

Plus loin dans la rue principale, quelque chose nous arrete : les drapeaux de l Union Europeennesont deja presents. La Macedoine est un petit pays qui remplit les conditions d entree en Union Europeenne, mais il faudra encore attendre pour la voir dans le club : la Grece demande que cette republique change de nom, suite a des hostilites de longue date. Mais peu importe, les gens avec qui on parle ne s attendent/esperent/veulent pas vraiment. Peu importe, les couleurs de l automne embellissent les rues.

Avec nos amis Couchsurfing sur le vieux pont de Skopje, avec qui nous passons des jours extras. Derriere sur la colline, on voit la plus grande croix illuminee du monde. Ca donne le soir !

La citadelle de Skopje.

Les mosquees cotoient les eglises dans la vieille ville.

collection automne hiver 2009 a Skopje

Macedoine insolite : l un des pays les plus paisibles de l ex Yougoslavie nous resever des surprises. Nous arrivons en Macedoine lors du jour de l arbre. C est un jour ferie ou les gens sont invites a aller planter des arbres. 7 millions d arbres supplementaires ce jour ci, suite a cette initiative sympathique.

Galoo tient le taureau par les cornes. Dans les rues de Skopje.

Creneau loupe dans les rues de Skopje. Pourtant il y avait de la place…

Nous visitons la maison de naissance de Mere Teresa, ou un superbe hommage lui est accorde.


On a passe des supers moments avec toute la bande. La Macedoine est le genre de pays que tu decouvres vite fait une premiere fois en passant, et puis quelque chose te donne envie d y revenir. Ca va nous manquer. Demain, nous changeons de pays.