In the Wild – Australia

Experiment 2007 – In the wild Australia

Map Australia
🇫🇷 « Vis comme si tu devais mourir demain
Apprend comme si tu devais vivre toujours »

Volontaire en Australie, jackaroo dans l´outback, voyageur sac à dos.

Le plus dur, c’est le premier pas. Le reste du chemin se fait tout seul. Le chemin, on le cherche, on le trouve. On s’aide de toutes ces rencontres pour continuer à le tracer.
Le projet : 4 mois en Australie pour vivre à fond, seul et sans argent ma fraîche vingtaine d’années. Très rapidement, je vais découvrir une organisation de volontaires appelée WWOOF, puis un réseau de voyageurs connectés aux communautés locales appelé couchsurfing.org. Et voici la liste des défis : travailler avec les bêtes (vaches, alpacas, chèvres, crocodiles), monter a cheval ou dans un hélicoptère pour rassembler les troupeaux, ne pas toucher un billet ni un téléphone, rentrer dans l´arène, apprendre le didgeridoo, travailler avec des cowboys aborigènes, rencontrer des milliers de sourires, faire des milliers de kilomètres, m´imprégner au maximum de chaque rencontre, vivre seul, dormir chez les gens, vivre !

 

🇬🇧 « Live as if you had to die tomorrow


Learn as if you you to live forever. »


Volunteer and Jackaroo in the Queensland Outback of Australia. The most difficult is the first step. The rest of the trip is total improvisation. Australia does not seem to be the country where you can forget money. But it is full of opportunities. Dairy farms, hippies cities, hotels that you can work for, many places to be in order to live without money.

You can learn lots of things while backpacking in Australia. My project is to « forget » money in my trip, by asking people if they can host me, make me work as a volunteer. 4 months, 7 farms, and how many good things in the trip.4 months to discover new cultures, new ways of life and more than that, 4 months to live like them, to share, to learn.

 

 

 

Experiment Australie : Ferme Number 1, les avocats, les wwoofers et les alpagas

Number 1 : Avocados & Alpacas Farm in Coomera

11 Mai 2007

Pas une minute a perdre ….

Le soleil se leve a peine quand j’atterris à Brisbane. Les douanes passées et mon sac à dos récupéré, je m’aventure vers la gare de la Gold Coast Line, destination Coomera, à une heure au sud…

Dans le train, je poursuis mon chemin de rencontres. C est d abord avec une indienne qui étudie ici, puis avec un aborigène que je discute.

Les grandes villes sont maintenant loin derrière, et la rainforest domine peu a peu.

Coomera, village ou plutot station de train ou je vais retrouver mon premier host. Kenneth et Katherin vendent des avocats. Quand j arrive, il y a deja des WWOOFers : Tomoko (Japon), Gesuong et Maria (Coree du Sud)…

je vais dormir dans la caravane au fond du jardin. Il y a du boulot, il y a plein de choses a voir, a entendre et a partager ici…

Pas une minute a perdre…

First real day

En effet ca valait le coup de se lever tot. Le brouillard qui s accroche au plateau de Coomera semble esquisser un grand ocean. Dans quelques minutes le brouillard va laisser place au vrai paysage et reveiller les cookoobaras, petits oiseaux tres bruyants.

Ce matin il y a du boulot dans le champ d avocats. La chaleur arrive tres vite. En fin d apres midi, on est tous alles donnes a manger aux chevres, beliers et alpacas…

Au coucher du soleil, les cookoobaras semblent beaucoup plus calmes, ils se postent sur une branche, et regardent le soleil qui se couche. Belle journee…premiere journee.

Avocados !

Comme tous les matins, je me leve avec le soleil a 6h. On ramasse les avocats des meilleurs arbres du jardin pour les vendre dans le stand qui se trouve devant la maison. Le stand est enfin pret, on a fini d y mettre une derniere couche de peinture. Il va pouvoir accueillir les avocats fraichement cueillis du matin.

Sympa hein ? En tout cas les passants aiment bien et n oublient pas d en prendre quelques uns au passage. Tout se fait sans surveillance et avec respect c’est impressionnant. Les prix suggères sont bien suivis, les gens se servent et mettent les pièces dans la tirelire fabriquée pour l’occasion. L apres midi on s est fait une viree rando dans la rainforest de Tamborine Mountain. Une cascade nous y attend.

Rainforest

Sunday and Rainday !

Cap sur lOuest Aussie, a 150 km de la maison. Pas besoin daller bien loin pour changer de paysage, la voiture roulesur des routes tantot sinueuses, tantot parfaitement droites… Premiere decouverte du bush, coupure nette avec la rainforest. Ce nest pas encore loutback, mais ca me donne deja un petit apercu de ce que je vivrai dans quelques semaines. Ranchs, vaches, chevaux, c`est tout..

La rainforest revient lorsque le paysage se cabosse. On va arriver dans un coin paume mais bien entretenu, ou l`on peut traverser la jungle avec des ponts de singes. Vertiges… on est a plus de 10 metres du sol, entre deux Booyongs, arbres a lianes demesures. Heureusement, je sais ou je vais. Zac, le fils de mes WWOOF Hosts, nous guide. Énormes moments avec 4 nationalités différentes !

Rainforest means raining !

Lorage approche... Dans quelques minutes, les gros nuages vont sabattre sur Tambourine Mountain. Apres la superbe matinee,  lapres midi pourri version rainforest. Ce matin, `` picking up avos « , cueillette d`avocats pour tous les wwoofers. La fete des meres approche, dimanche sera un grand moment de vente ! Les australiens de tenir particulierement a cette fete. En attendant, il faut avoir assez de stock pour le grand jour…

Apres-midi pluvieuse, apres-midi polissage ! Les avocats passent dans des petits rouleaux qui vont les polir. Bob, le grand pere est la pour nous aider, Tomoko and me.

Technical Failure Only !

En effet la technique nest pas au rdv en ce moment. Internet marche coussi coussa et mon appareil photo est definitivement hs. Malgre tout jessaie d`ecrire un petit mot chaque jour! Etre avec plusieurs wwofers dans la meme ferme, c est partager plein de cultures. Quand on tchatche dans les arbres a avocats pendant le travail, on parle de notre pays, de nos differences. Les sud coreens et les japonais sont differents croyez moi ! On est la en tant que representants de nos pays, continents parfois. Et oui, mine de rien, il y a trois continents dans la meme maison !

Aujourdhui j ai desherbe le champ davocats avant la cueillette qui se fera demain. Pas mal de boulot, de grosses bestioles, de fous rires…

Allez, puisque mon appareil photo est hs, je ne peux pas vous faire partager les photos du jour, je vous envoie une de ma derniere expedition dans la rainforest avec les wwoofers. On a grimpe a un arbre centenaire, garni de lianes. Amazing!

La team des volontaires !

Averse sub-tropicale

Its raining today... where is my umbrella. Et quelle pluie ! Une belle averse sub tropicale qui a dure toute la nuit. Ce matin je me suis reveille les pieds dans leau, la caravane nest pas tres etanche... Quand laverse sest arrete, il sest mis aussitot a faire un soleil magistral, et les 30 degres celsius sont revenus sur le thermometre. Plein doiseaux sont sortis don ne sait ou… Il y a surement de quoi manger dans la terre encore humide des champs d avocats. Les rainbow lorakeets s`en donnent a coeur joie.

Hey I am a real Aussie ( je suis un vrai australian ! ) Le coin d Australie dans lequel je me trouve, c est un mix  de campagne et de jungle ( rainforest ), les gens sont vrais, les villages sont petits, les avocats sont organiques et les araignees sont aussi grosses que ma main…

Tomoko m a  passe ses photos. Dimanche elle nous avait pris (Maria a gauche, Jaesong a droite & me au milieu ) en train de jumper sur la plage !

free !

Qui veut des avocats ?!

Les avos ( avocats en australien ) se vendent bien. Il suffit de tourner les yeux du stand pour quune ou deux voitures sarretent et en prennent quelques uns. Du coup, je fais plein de rencontres avec les clients. Certains viennent de Perth, de l autre cote de l Australie. La bas, ils nen ont pas encore.

Le matin, on cueille les avo`s, puis on les polit pour ensuite les vendre le jour meme. A part ca, aujourd hui j ai fais le bucheron avec les wwoofers boys.

Ca cest un bebe lezard ``blue tongue`` qu on a trouve avec Jaesong. Pas si petit que ca quand meme ! Il faut lui tenir la tete en lair sinon il mord.

par Guilhem
06.05.

Le dimanche on se repose! Pas de boulot!

Pour en profiter au max on est partis voir le lever de soleil a l ocean. Une heure de route pour rejoindre la cote! En fait c est aujourdhui que je decouvre une partie du cote touristique du pays. Enfin bref, 6 heures, on est les premiers a arriver sur la plage. Le soleil va bientot se lever quand j ecris happy birthday sur le sable.

5 minutes apres :

Vivre l experiment, c est aussi vivre au rythme du soleil. On ne peut pas se passer de moments pareils. Tu te leves a 4h30, tu fais une heure de route et tu vas voir un truc qui dure a peine 5 minutes…

Pickinup Avos

Les avocats, on les cueille comme ca : on grimpe aux arbres, on ramasse par terre, et surtout, on se sert des ‘picking pals’, des tiges avec un panier a lextremite et un ciseau que lon actionne avec une corde. Pratique pour cueillir les avocats les plus difficiles a atteindre :

Tous les soirs, rdv avec le soleil pour le voir se coucher. Rendez-vous differents a chaque fois. Rendez-vous uniques. Comme si la journee passee donnait au soleil une nouvelle inspiration. Instant magique, accompagne d`un cri strident de cacatoe, de quelques notes de guitare, et d’un peu plus de liberte.

Fencing (& ALPACA STUFF)

Le pre qui donne sur la rainforest doit etre coupe en deux par une cloture. On y mettra les chevres, les alpacas iront de l autre cote. Les rondins de bois servent de pilier, on les met aujourdhui et on mettra le grillage plus tard. On a les outils quil faut : la « pelle ciseau », la barre metallique, et nos biceps…

Le travail est physique, et sympathique. Les chevres et les alpacas se demandent ce que nous sommes en train de leur mijoter. Ils s’approchent de nous sans timidite.

O mon berger !

Les mecanos sont sympas

Reparation de bagnoles aujourdhui. Ces vieux 4x4 qui erraient dans le jardin, je me demandais sils rouleraient un jour… Chose de faite apres une journee mecano avec Bob, Kenneth et Zac. Le premier est un pick up Toyota de 1984. Le deuxieme c`est celui la :

Le coucher de soleil depuis Tamborine Mountain est superbe ce soir, il annonce une belle journee demain.

Le soleil a peine disparu, les etoiles apparaissent aussitot. Il y a ici une espece d`atmosphere qui fait scintiller les etoiles.

Chicken Poo …

Le champ de rhubarbe a besoin detre entretenu. Un peu dengrais lui fera du bien. Autrement dit, il ne sera pas necessaire que je publie des photos sur la nature de mon travail. Du coup je vous en passe une de ma derniere sieste.

Vers le Nord …

Dimanche, journee de repos, sans repos ! Lever a 3 heures du mat pour se faire 2h30 de route, direction Noosa. But du jeu : Voir le soleil se lever. On y est. On est seuls sur la plage. Plus qu`un instant avant le feu rougeoyant…

Derniers moments a partager avec ma premiere famille  » WWOOF Host « . Encore quelques rigolades avec les wwoofers, quelques bons moments avec Tomoko, Jae Song, Lydia… Sur la route, on sarrete chez un vigneron qui nous fait gouter ses "Bo Jolly" ou encore " Cabernet ". Devinez dou ca vient. Demain matin, je vais a quelques centaines de kilometres au Nord Ouest. Bon vent !


Commenter cet article

Anonyme

PrivacyTerms

protected by reCAPTCHA

PrivacyTerms

VALIDER invisible reCAPTCHA script

VERIFY

elody

19/11/2008 03:15

Répondre

Coucou le cousin! commen va tu? g appri la nouvelle y en a kon de la chance kan mm!!! L’australie, un pays de reve… Jespere que tous ce pass bien pour toi! a biento et profite bien de ce jolie voyage! Bisous de ta cousine Elody!

marie

19/11/2008 03:14

Répondre

alors cette photo elle est super belle…
félicitations à celle qui l’a prise, elle est énorme!!!
bon courage pour ton séjour, tu as bien de la chance…

END TAG

Contact

Experiment Australie : Ferme Number 2, papayes et autres fruits

Number 2 : Papaya and fruits

Guilhem 21 Mai 2007

🇦🇺 New farm, new way of life. I am going to work in a Papaya farm for a week. Near of Wamuran, you can find a paradise of nature called Mount Ngungun. A few hours to climb the mountains. And the view will be worth seeing. 🇫🇷 Cest parti pour quelques heures de train vers la gare de Caboolture, au Nord Ouest. Sue my attendra pour mamener a Wamuran, un peu plus a lOuest. Le voyage est toujours plein de rencontres, et cest avec une suedoise qui m a donne sa carte du Queensland que je discute. La plupart des voyageurs que je trouve sur mon chemin ont aussi saisi lopportunite "Working Holiday Visa" quoffre l`Australie.

Vers de nouveaux horizons… Apres deux superbes semaines passees dans une auberge espagnole a laustralienne, me voila parti pour 7 jours dans le Countryside Aussie, plus calme. Cest un mix de bush et de rainforest. Les koalas grimpent aux gum trees, un kangooroo traverse la route. Autre faune, autre facon de vivre, autre temps, pour un moment…

Pres de Wamuran, petite sortie du dimanche pour se relaxer apres la semaine de boulot : preparer la terre, arranger le jardin. On oublie tout ca qu on est au sommet. En quelques heures, tu grimpes au point culminant de la montagne, et la vue fait oublier la pente que tu viens de monter. Mount NgunNgun, Glass House Mountains. A mi chemin, tu rencontres une grotte. Le sommet.

> Seul, bon c est le genre de moment oú j´aimerais faire la teuf, inviter tous mes potes, déconner, ….. j´ai choisi ce voyage sera perso…y a quelqu´un ?
N
e maison remplie de monde á un trou perdu est un vrai défi. La prochaine ferme, ce sera autre chose. A priori, je vais atterir chez une famille malaysienne (cool), avec des jeunes (cool) et un didgeridoo (cool… three points !).

Experiment Australie : Ferme Number 3, les oliviers d’Edina

Number 3 : Olive trees in Gin Gin

Guilhem 25 Juin 2007

Olive Trees & Desert

Je quitte les Glass House Mountains pour faire un sacré voyage. 7 h de bus pour depasser Bundaberg et continuer sur Gin Gin ! Le highway scie le village en deux parties. Village routier, pub qui sent la biere, motels… Dans une heure, je serai a Wonbah. La route est loin derriere, faisant place aux chemins de terre dure et ocre. Ici, c’est la vie « aussie », en VO. C’est a ce moment que j’arrete d’ecrire, les photos parleront mieux je crois, quand je pourrais les poster sur le blog. C’est enorme…

Debut d’hiver

Ici, je fais partie de la famille. La cuisine a un gout de Malaysie, d’Inde parfois. Entouré d’oliviers et de kangooroos, je decouvre de nouvelles facons de travailler. Tailler les oliviers, couper le bois, et meme recoudre les oripeaux.

Jon joue de la guitare, cree ses chansons, tandis que Peter (mi australien, mi malaysien) souffle dans le didgeridoo a merveille. Il ne manque plus que mes percus pour accompagner le groupe. La musique est partout sur mon chemin, il y aura toujours une guitare qui m’attendra quelque part, ou un tambour. Les sourires, aussi, sont partout.

Oliveraie de Gin Gin, les deux semaines que j’y ai passees ont ete superbes. Loin de tout… sauf des kangooroos.

session rapiecage avec jonsson ….

Experiment Australie : Ferme Number 4, L’outback

Number 4 : Tanamera Station

    – Vers le coeur du pays, l´outback –

24 heures de train pour arriver à Longreach. Et j ai vraiment très faim là. La serveuse du train me réveille dans un sommeil secoué. Elle me file tous les sandwiches en triangle et les boissons du bar invendus. Ca rentre péniblement dans le sac. Ils est 6 heures du soir, le soleil rouge qui tombe sur l horizon me laisse moins d une heure de lumière pour trouver l hotel backpacker de Longreach. J´arrive à ma seule adresse : Fermé pour travaux.

Ok, je marche. Il se trouve que cette semaine à Longreach, un grand rodeo et une vente de bétail remplissent les bars et hotels de la ville. PAS un lieu. Le sac est lourd là. Ca y est il fait nuit, et froid. Deux voyageurs en van m´emmènent faire le tour de la ville à la recherche d un endroit… Dans le motel le plus cher de la ville, il y aurait un type qui n aurait pas confirmé sa réservation. Je commence à parler avec la dame de l´accueil : elle a un fils, je lui fais penser à lui et tout et tout. Elle n´aurait jamais eu le droit de me mettre a la place du client qui a réservé, et pire, de ne pas me faire payer sous prétexte que je vis sans argent !

 » Demain je lave la chambre, et toutes les autres… Personne ne verra que je serai passé. J´utiliserai pas la douche !!!  » Elle me dit : va a l oeuvre de charité de la ville, demande s ils peuvent t aider et dans tous les cas reviens pour me dire où tu dors. Rien n est gagné… Il est 22h. Je me tape 24 h de train et 15 kilos sur le dos. Il y a une laverie 24h/24 ca vaudrait le coup de se faire bercer par les grincements des machines à laver. J ouvre mon sac, sors mes affaires et commence à faire mes marques. Là, une patrouille de policiers passe :  « What are you doing here mate ? » Meme topo. Je leur demande si je peux dormir au poste…  Ils partent en riant, et me font partir aussi. Il est presque minuit quand je reviens au motel à riches avec la gentille dame. La nuit à 150 dollars,….. j’en ai juste 10 en réserve dans ma chaussette de gauche.. Mais la dame de l accueil va m aider :

« Ok, ca reste entre nous, tu vas dormir dans la chambre, il faut juste que tu te lèves avant 7h et que tu partes vite. »
« OK no worries »
« Et lave toi quand même ! « 

Je dors comme un roi, le frigo de la suite est aussi plein de nourriture. Demain, avant 8 heures, je me lèverai et me ferai la malle. Mais l´envie de remercier cette dame est trop forte, je veux lui parler avant de partir. Dans l´accueil, il y a le patron. Elle me fait un clin d´oeil quand je ferme la porte en verre de l´entrée.

Le coeur du pays, ou l’outback. Plat. Je deviens un Jackaroo en entrant dans une cattle&sheep station pres de Longreach. Ici, la luimiere du soleil est si forte qu’elle fait saturer le bleu du ciel, et le rouge de la terre. « Terre rouge », Tanamera, c’est d’ailleurs le nom de la station dans laquelle je vais apprendre a travailler le bois, le fer pour faire des paddocks.

Travailler aussi avec les moutons, les chevres et les vaches. Les routes sont devenues des chemins de terre depuis longtemps, sur lesquels je fonce avec le 4×4 Toyota.

Souder, fabriquer des poteaux pour les clotures, aligner les barbelets, couper du bois, rassembler le troupeau en moto et en avion. Et voir les etoiles toucher le sol quand la nuit tombe…

                                                   – Tanamera : la station de la terre rouge –

Certains paddocks se trouvent a des dizaines de kilometres de la maison. Pour aller au Black Cow Paddock ce matin, je dois faire 10 km de pistes dans la propriete, puis 12 km sur un chemin, et encore 5 km dans le paddock. Ce panneau se trouve la, en plein milieu de rien. Longreach, 57 km.

Smoko ! La pause the de 10 heures. On arrete le poste a souder, on revient au 4×4. On prend quelques branches, et on faire bouillir le « billy ». Ici, avec un jackaroo (photo) et une jillaroo : Marc et Nat.

Fabriquer, mettre en place les posts. Placer les fils. Tendre les barbelets avec les strainers.

                                                  – Premier rassemblement de troupeaux –

Tanamera est une station de betail, avec aussi quelques moutons et chevres. Comme les gens d’ici,  les animaux aiment les grands espaces. Ils vivent dans des paddocks de quelques centaines d’hectares. Quand le troupeau doit etre rassemble, l’avion devient indispensable pour le reperage des betes dans la parcelle infinie. Le pilote repere les betes, puis transmet le message par radio aux motards et cavaliers.

Les betes les plus tenaces tentent de s echapper… Celles qui reussissent sont rattrapees, attachees a l’arriere de la voiture puis ramenees au troupeau qui est dirige vers le yard. Le voyage sans effort quoi ! le gros effort c est arriver a capter la bestiole, une fois que tu l as tu fais ce que tu veux avec. Tu lui ligotes les pattes d abord, puis tu la souleves pour la caler sur l arriere du pickup. Tout doux c est vivant.

Avec les vaches il y a dautres precautions a prendre. Surtout que tu peux pas t amuser a la prendre comme une chevre. Tu vas pas arriver a lui ligoter les pates si facilement.

                                                  – Autres formes de travail –

Decoupage et preparation de portails.

On fait ca quand le temps ne veut pas qu on fasse autre chose : il pleut, ca fait de la boue. Hier je me suis enfonce (stuck in the mud !!) dans une flaque de boue avec le Patrol, pourtant j etais en 4×4, mais il n y avait rien a faire. OK donc je suis coincé et seul. J appelle Wally avec le talkie walkie. Plus de batteries !! Et la t es seul au monde ma parole ! Je viens de faire 10 kilometres en 4×4 pour aller chercher des tuyaux a decouper, je me plante. Ok 10 kilometres a pied ! 2 heures apres j arrive a la maison, et evidemment on regle ca en moins d une demi heure… Bon c est pas tous les jours que l on est si peut efficace… Ca rassure.

.

Corvee nettoyage de l’avion, corvée vraiment ?

    – Loisirs de cow boy –

Apres la journee de travail, une petite viree en moto, pour explorer les meilleurs coins de la propriete. Immense. Je derange quelques « black kangooroos » avec ma Yamaha qui petarade… Silence maintenant.

Et place au vertige, a l’horizontale…. (si tu vois la moto sur la photo t as de bons yeux)

Grimper en haut d une windmill pour admirer le paysage et mater les kangooroos

Le soleil qui se couche sur la terre rouge, les kangourous noirs vont sortir

Experiment Australie : Ferme Number 5, Corella Station la ferme infinie.

Number 5 : Corella Station

Guilhem 12 Septembre 2007

– Premier Jour –

La famille vit a Corella, mais possède des troupeaux dans les 6 propriétés voisines. Au total, 400.000 hectares sont laissées aux quelques 35000 vaches de type Brahman et Charolais.

Premier jour. Rencontre de la famille entière, les autres jackaroos, les enfants. On est une vingtaine a travailler dans les yards. Les 700 vaches d’aujourd’hui vont être séparées selon l’age, les nouveaux nés vont être marqués. Je sors mon appareil photo deux minutes pour capturer le spectacle qui sera mon quotidien désormais…

Le road train s’approche du yard.

Branding :  Marquage des nouveaux nés. Anthony m adit : « Demain tu vas le faire ». Merci de m avoir prévenu.

Sortie du troupeau en fin de journée. Ceux qui semblent ne pas faire grand choses, comptent. Et c´est un vrai boulot. Perso j en ai comptés 350. Les autres ont tous trouvé 518… Pas mal pour un premier jour.

Dernier effort de la journée : dans la poussière, emmener les dernières vaches dans le yard suivant…

                                                                     – Branding –

Branding : Marquer les bêtes (mais aussi castrer, découper les cornes, taguer l oreille, checkup, du tout en un quoi)

A 4 sur le taureau, 30 secondes pour castrer, marquer, découper les cornes, taguer l oreille. La je tiens bien fort la jambe arrière droite du taurillon. Si tu lâches, la jambe va direct dans la figure de celui qui castre. En gros t as pas intérêt a lâcher.

Hot !

Castré :ok    /     Marqué : ok    /  Tagué : ok  /  il ne reste plus qu a lui raccourcir les cornes.

– Quotidien d´enfer –

Donner a boire aux vaches orphelines le matin, prendre le petit déjeuner avec la famille, se retrouver tous ensemble dans le paddock ou le yard, rassembler les troupeaux, faire passer les vaches dans le yard suivant, les marquer au fer chaud, castrer les bébé taureaux, leur mettre l’étiquette sur l’oreille…Tel est mon quotidien en ce moment. Le travail ressemble souvent a un jeu ici, dans le yard plein de poussière, ou une vache affolée est toujours prête a charger le premier venu.

Watch out ! Les vaches sont folles,elles te chargent, c´est drôle. Histoire de bien rigoler avec les jackaroos.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes. Les vaches orphelines sont les seules a bien vouloir nous suivre…. Elle ne te lâche plus après.

Julion, un autre jackaroo, nourrit les orphelins. Shrek & Fiona…

Ces deux chèvres ont failli se faire écraser par le pick up de David.

Jeu de force

Mustering & Drafting

Mustering : Rassembler les troupeaux
Drafting : Classer les bêtes dans le yard
… et plein de techniques qui vont avec ces formes de  travail.

                            Mustering________________

1. Localiser les bêtes avec l hélicoptère

Le paddock s étale sur quelques centaines d hectares aujourd’hui. L’ hélicoptère est alors indispensable pour localiser les bêtes.

Un tour en hélicoptère pour rassembler les troupeaux. C est pas du tourisme, t as l estomac en vrac au bout de 2 heures de vol, après des accé-décelerations, des coups de « volants », des rase motte. Tu dois suivre les bêtes et avoir l œil partout. Tu te concentres bien sur la gauche, le pilote s occupe de la droite.

Depuis l helico…

.

Premieres vaches trouvees

2. Envoyer les cavaliers/motards a leur rencontre et les rassembler tranquillement

Tranquilles les bêtes.

                            Drafting________________

Les bêtes rentrent une par une dans le centre du yard, pour ensuite se diriger vers la seule porte ouverte. On les sépare ainsi  selon qu’ elles sont marquées ou non.

                         Y a de l ambiance dans le yard! Deux minutes d attente avant de passer le sale moment….

Branded or clean skin …

Experiment Australie : Ferme Number 6, les crocodiles d’Innisfail

Number 6 : Crocs Farm in Innisfail

Gros coup de bol pour cette ferme. Je voulais juste voir des crocodiles, finalement je vais y rester pour leur curer les dents !

Un jour passé dans une ferme un peu spéciale cette fois ci…

Et le taff est aussi special : nettoyer les bassins, ratisser le bassin pour récupérer les dents que les crocos tombent (et ils en tombent !), nourrir les animaux, …

 

 

Experiment Australie : Ferme Number 7, ou plutôt les projets fous d’un ingénieur à la retraite

pas banal

De Cloncurry, je reviens au monde civilisé, sur la cote. D abord direction plein est pour en terminer avec le désert, ensuite, a partir de Charters Towers et Townsville, c est le monde bien civilise oui. Jusque la rien d insolite, mais faut planter le décor : je reviens de deux mois dans l outback avec des vaches, des chèvres et des moutons, j ai pris 5 kilos de pur muscle avec le travail agressif dans les yards. Je me sens vraiment bien la. J ai le style pas sortable : chapeau de cow boy, mon Akubra que je ne sais mettre ailleurs que sur la tete, barbe, marcel, sac a dos. A Townsville, je saute dans un bus pour Cairns, c est bon je suis toujours en tout frais paye ! Merci Anthony et Jane.

J’arrive a Cairns il est 1 heure du matin. Et la ville est remplie comme en plein jour. ! Ambiance backpacker !!! Les regards que je croise m’inspirent des dizaines de pays. Eux aussi ont le working holiday visa. Ils viennent travailler à fond pour gagner une grosse somme d’argent puis en profiter les mois suivants en s’offrant un tour, une virée sur la Barrière de Corail… C est juste une experience différente. Dans tous les cas on veut se prouver quelque chose ici, on veut le vivre a fond. Australia ! Il est 2 heures du matin, les hotels backpackers sont pleins a craquer. Je commence a papoter avec le sdf pres d une cabine telephonique. Je ressemble plus a lui qu a un backpacker ce soir. Même pas douche de ma dernière journée dans le yard. Soudain j entends un accent familier gueuler dans la rue, avec une voix familière. Matthieu ! Ludo ! Deux potes de ma promo en France. Ils sont tres en fête, et plutôt bien accompagnés! Pas le temps de parler de notre vie, j ai un squatt a trouver ce soir !!! Je leur explique mon trip, d ou je viens, de quel monde je reviens…. On discute jusqu a 4 heures du mat. Matthieu et Ludo me font rentrer dans leur backpacker. Merci Dieu pour cette rencontre, une fois de plus, unique !!! Sauter sur l occasion. Pas passer par la case « penser » ! Quand t as faim, tu penses avec tes instincts. Demain je me lèverai avant 9h, et je partirai sans passer par la case « Caisse ».

New experience

🇦🇺 A phone call from Cairns and it´s ok.  Darryl comes to pick me up, let´s go to Milla Milla. I jump in the ca with all my stuff and my hat on the head. To go to Milla, how many curves there are ! Moreover, he drives madly ! but it is all right ! Darryl has got some cows. He is engineer, and the project we are going to do is to repair and build the house, destroyed by the last hurricane in Australia Coast. The roof is destroyed. Some walls are over. It´s dirty and messy, there is no electricity… It seems that the hurricane passed yesterday ! Ok lots of works to do here, and in a different way. First day, he teaches me how to use the dingo, it is a machine like a bobcat and i guess t is gonna be very useful !

🇫🇷 Darryl vient me chercher dans une heure a Cairns, direction Milla Milla. Il est ingénieur et ensemble nous allons réparer sa maison, dévastée par le dernier ouragan. Donc l´expérience va être radicalement différente. Passer de la ferme a la construction. Il y a un toit a réparer, les chemins a refaire, des containers de bateaux a déplacer, la lumière a refaire, et d autres idées de fou. Et il y a tout ce qu’il faut pour le faire, notamment une pelleteuse de chantier achetée sur eBay. Darryl c est le genre de mec normal, avec un cote gamin qui le rend curieux de tout et prêt a tout. Et quand on commence a retrouver les tubes de toboggan a piscine genre « parc walibi » qu il s était camoufle dans le jardin (hein !), on se lance un projet : faire une centrale hydro-électrique avec le ruisseau qui passe en bas du hangar… Et le pire, c´est que ça marche…

Mon petit-fils…

Je te souhaite un bel anniversaire. 20 ans, tu as déjà fait une grande expédition dans le ciel de ta vie. Et pourtant ! Si je te disais que le meilleur reste à découvrir, à vivre … Le meilleur, c’est aujourd’hui. Ce sera demain.

Chaque jour est différent, il se vit comme un moment unique, comme un voyage. Chaque jour est une étape de ta vie, c´est un nouveau voyage. D’ailleurs, dans un voyage comme dans la journée, le plus difficile, c’est bien le premier pas. Dur de se lever. Démarrer du bon pied. Allez, on y va. Partons à l’aventure. Relevons les défis. J’ai un jour relevé un défi…

J’avais ton âge, et un sac sur le dos… Je suis allé chercher ma vraie nature, à la rencontre des gens et de moi-même. A l´autre bout du monde… Seul, sans souci, je n’avais rien d’autre à proposer aux gens qui m’ont laissé dormir chez eux qu’un sourire, et mes mains pour travailler. J’ai voyagé en demandeur. On passe l’essentiel de sa vie à faire ce que les gens nous demandent, à compter ses sous et le temps qui passe, mais moi je ne voulais rien de tout ça. Je n’avais rien, rien d’autre à donner que ce que j’étais. On dirait que dans la vie les gens ne font que se croiser, je voulais les rencontrer.

Une rencontre qui peut changer une vie ne tient à rien, au départ. Les rencontres sont nécessaires pour savoir ce que l’on est. Elles sourient à la vie comme une mère à son enfant. Mais rencontrer, c’est savoir aussi être seul, face à soi-même. Tu te révèles dans chaque rencontre que tu fais.

Pour te rendre compte de tout ça, pour te rendre aussi compte des gens que tu aimes et qui t’aiment, tu dois aller loin. Les choses les plus simples sont aussi les plus difficiles à trouver. C’est là que tu fais le premier pas. Tu trouveras ce qu’il y a de plus simple en toi en marchant sur le chemin de la vie.

Sans clé, sans carte et sans code, plus rien ne te retient. Pas même ton cœur qui est grand ouvert, qui ne se nourrit que des rencontres que tu fais. Tu as tant de choses à leur donner, et ils ont tant te donner.

Ta grand-mère a nourri mon cœur pendant mon voyage. Loin de 17 000 kilomètres, elle m’a fait confiance, m’a donné cette liberté. En quelque sorte, on a fait le voyage ensemble ! Dès le premier jour en Australie, je la sens dans mon cœur, oui elle me suit bien.

Aussitôt arrivé sur le sol de l’ « île d’en bas », j’appelle mon seul et unique contact par téléphone. Dans cinq minutes, le train va m’emmener vers la ferme qui va m’accueillir. Pas une minute à perdre. Ton grand père est un fonceur… Ne perdons pas de temps !

Pendant mes 50 premiers jours, je resterai près de la côte, proche de la civilisation. Je voyage de ferme en ferme, apprends le travail, rencontre des familles entières avec lesquelles je partage le quotidien. Je trouve des voyageurs aussi qui cherchent ou trouvent leur chemin.

Les gens je ne les croise pas, je les rencontre, je reste avec eux. J’ai besoin de ça. Au bout d’un moment, tu as besoin de ça. Tu as besoin des gens pour t’aider, pour vivre. Tu ne peux pas faire sans eux, à moins que tu sois un vrai solitaire! Déjà que tu es seul, tu ressens le besoin de partager. Rappelle-toi de ceci …

« Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l’acte de renaissance. Tu te trouves devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère.

Dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d’importance à ce qui t’entoure parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens car ils pourront t’aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur des Dieux avec une grande allégresse, comme s’il s’agissait d’un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante. »

Tu me suis toujours ? De ferme en ferme, je prends l’habitude de me sentir léger comme un ballon, je parcours un coin du pays. Je prends conscience qu’il y a toujours un moment où il faut partir. Alors, je m’approche d’une nouvelle ferme. Ca fait bizarre, mais tu dois l’accepter. Te sentir aller ailleurs, avoir envie de t’envoler, ne pas retourner sur tes pas mais aller flirter avec l’inconnu, le désert.

Le désert. Terre aride aux couleurs saturées. Terre vide qui t’appartient. Ou toi qui appartiens au désert. Une route rectiligne fait une artère dans le paysage. Et l’horizon, si loin, trace la perpendiculaire… Le désert est le seul endroit où l’on ressent un vertige… à l’horizontale.

Mais pourquoi le désert, le vide, alors que les rencontres sont si belles ? Parce que la rencontre avec le désert est unique. Le pied que tu poses sur cette terre rouge veut l’adopter. Il t’adoptera. Aller dans un désert de gens te donne encore plus envie de rencontrer, de partager. Ta vie en dépend tellement. Les touaregs du désert australien ont des chapeaux de cow-boys vissés sur la tête, un air un peu austère. Mais ils m’ont accueilli, moi, étranger.

Pendant les 50 jours qui suivront, je resterai avec eux, dans leur monde. L’immersion est totale, la première rencontre est unique. Elle te prend comme un électrochoc. M’adapter à leur style de vie devient obligatoire. J’apprends petit à petit à travailler le bois, le fer, puis avec les bêtes, j’apprends aussi à monter à cheval.

Ces gens m’apprennent leur travail, ils me donnent des conseils. Bien que pas très loquaces, le peu de pots qu’ils m’offrent est vécu comme un véritable moment d’humanité, dans ce désert que même les bêtes ont du mal à adopter. Ils ont quelque chose en eux qui les attache à leur terre, ils ne troqueraient jamais ce paradis infernal fait de poussière contre un enfer de pacifique, ou pire, une bulle citadine. Ces gens me font penser aux Afars que j’avais rencontrés en Afrique. Ils font penser aussi à des fous, qui voudraient montrer au monde entier que l’on peut vivre  n’importe où sur Terre, quelques soient les contraintes, mais peu importe.

Rencontre unique. Monde à part. Surprenant. Le monde est rempli de secrets, il cache des choses surprenantes. Même si le mode de vie est différent, ma façon de voyager reste la même, je vis de ce que me donnent les gens. Les gens me nourrissent d’espoir, d’envie de vivre, de défier l’inconnu. J’aime ces instants où tu sens ton cœur retentir comme un caisson de basses. Les basses, le grave, le vrombissement d’un moteur d’hélicoptère, les beuglements inespérés de ce troupeau coincé dans le yard pour un jour ou deux avant de revenir sur des terres libres.

Je me nourris de ces instants. Et sans savoir pourquoi, mon cœur bat toujours pour elle. Je l’entends qui frappe à la porte de mon cœur, et il l’accueille. Cette grande image que j’ai dans les yeux, et même encore maintenant,me rend libre de decouvrir toute la beauté du monde.

A ce moment là, je le sais, nous repartirons, mais cette fois ci,  nous repartirons tous les deux, ensemble. Et nous reviendrons plus épanouis. Nous partirons. Pas forcément loin, mais on ira sans clé, sans carte et sans code, frapper à la porte de l’habitant, marcher et relier nos chemins. Partager, enfin.

Un chemin qui se dessine à l’horizon. Un peu cabossé de temps en temps, il vaut la peine d’être parcouru. Admire le paysage, pose-toi de temps en temps sur le bord du chemin. Prend même le temps de sortir du chemin, pour voir aux alentours. Quel plaisir de faire le chemin à deux, après une ère de solitude. Les destinations se ressemblent. Il n’y a que la route, le chemin qui importe. Et à deux c’est mieux.

Chaque jour est une étape de ta vie, chaque jour que tu vis est un nouveau voyage. Tu fera des voyages, mais c est surtout le voyage qui te fera. Tu te remettras toujours en question, mais tu iras aussi de l’avant. Avance tant que tu peux. Vas y avec l’amour et l’humour.

L’humour,  l’amour sont nos trésors. Allez, bon vent !

Experiment Australia – 20 ans au bout du Monde

Rassembler les troupeaux en hélicoptère CLONCURRY | Apprendre à monter à cheval avec des aborigènes métisses, excellents cavaliers QUAMBY | Marquer les troupeaux au fer chaud MC MILLAN | Garder des alpacas toute la journée COOMERA | Passer un jour avec un trappeur de kangourous LONGREACH | Se faire charger par une vache surexcitée dans le yard MC MILLAN | Ratisser les bassins à crocodiles pour trouver leurs dents INNISFAIL | Partager la folie d’un rodéo CLONCURRY | J’irai dormir chez vous dans le plus luxueux hôtel de la ville LONGREACH | Couper le moteur de la moto en plein désert pour observer les kangourous TANAMERA | Apprendre le didgeridoo avec un local GIN GIN | Refaire démarrer une vielle pelleteuse MILLA MILLA | Se faire offrir des vieilles santiags de cow boys et ne plus les quitter TANAMERA | Rencontrer complètement par hasard 2 potes français à une heure du matin CAIRNS | Se réveiller avec un lézard dans le sac de couchage COOMERA |  Vivre seul pendant des mois, vivre à fond, pour ensuite mieux se retrouver et découvrir plus encore. Pour partager le bonheur. PARTOUT