Point de départ ou d’arrivée de la Transhimalayenne. Leh : l’essentiel

Leh vue depuis le Tibetan Friends Corner

Petit mémo et infos pratiques sur la capitale du Ladakh, point de départ incontournable pour explorer la région.

Leh en un mot : « Julley ! »(Un mot ladakhi exprimant autant un salut, qu’un merci ou un signe de gratitude)

En quelques chiffres : à 3500 mètres d’altitude. Entourée de pics allant de 4000 à 6123m.

Y aller depuis Delhi, plusieurs options :

  • en bus ou taxi partagé : plus de 20heures, mais très économique et routes pittoresques, notamment les derniers 450 km entre Manali et Leh.

  • en avion : 1 heure 30 (notre choix pour ce voyage, afin de profiter au maximum des températures de début octobre, entre 5 et 20 degrés)

Quand y aller : haute saison entre juillet et septembre. Début octobre agréable. Accès route limité et dépendant du climat à partir de mi-octobre.

Population : ladakhis, tibétains, népalais, indiens militaires ou venant faire la saison d’été. Bouddhistes essentiellement, mais aussi hindouistes et musulmans.

Que faire à Leh : treks, rafting, roadtrips en voiture ou à moto, découverte des temples de la région.

Quoi manger : des plats ladakhis et tibétains comme le tukpa, le tenduk (des soupes de pâtes avec des épinards, des légumes et de la viande), ou encore les fameux « momo ». Ici le thé se boit salé et avec une cuillère de beurre. À tester absolument! « Jimbo rakhley! » (Délicieux !)
Leh est la capitale du Ladakh, région à dimension humaine comparée aux mégalopoles indiennes, qui tire ses ressources de 3 activités principales :

  • la force militaire : ils sont partout ! Il faut dire que la région du Kashmir, dans laquelle se trouve le Ladakh, a des enjeux géopolitiques, de par ses voisins pakistanais et chinois, donc l’armée indienne y déploie une grande partie de ses troupes.

  • le tourisme : chaque village possède des intérêts culturels liés à l’héritage bouddhiste ou historique, beaucoup d’indiens viennent également y séjourner en été. Même dans les endroits les plus reculés, des guest houses et des homestays accueillent les visiteurs.

  • l’agriculture : ce n’est plus étonnant désormais de voir des cultures à plus de 3500 mètres d’altitude, les rivières Zanskar, Hindous et Nubra permettant d’irriguer les vallées.

Ce mémo est écrit comme l’on vit notre voyage, c’est à dire sans guide de voyage, très peu d’Internet. Nous rédigeons au gré des rencontres avec les locaux. Si besoin d’infos complémentaires ou si une coquille est identifiée, n’hésitez pas à nous le faire remonter via un commentaire!

2 commentaires sur « Point de départ ou d’arrivée de la Transhimalayenne. Leh : l’essentiel »

  1. Quel bonheur de vous lire , on a l’impression d’être avec vous !!!😎 il me semblait entendre le brouhaha de Dehli !!
    Je goûterais bien le thé salé …
    A propos , est ce que les intercoms duo fonctionnent ?
    On pense souvent à vous deux, bises .
    Anit@

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s