Royal Inde-Field..

A collection of inspired Enfields seen on our way. 

Une collection d’Enfield inspirées, croisées sur notre chemin.

Publicités

Incredible India : instants choisis (en N&B)

Pour continuer sur la lignée de moments choisis, un nouvel article, en noir et blanc cette fois ci.

Parmi les femmes les plus âgées du village, elle descend tous les jours au marché, ici pour vendre des épinards. Accompagnée de sa vache qu’elle ne quitte pas évidemment 🙂
Premiers tours de roues à moto, première pause, sur l’une des seules lignes droites de notre périple
En demandant le chemin, nous tombons sur ce paysan ladakhi. Rencontre.
L’efficacité au Ladakh
Arrivée à Manali, dans une rue animée où la cuisine est ouverte. Ambiance.
En prenant le thé chez une famille qui a la vue sur la route.
Moment spécial au temple du Lac Prashar, tenant sur sa structure en bois décoré.
« Avoid Mandi on October 18th, the prime minister is coming in town! »
Les bouchons du matin en allant au travail, à Jeori
Après une crevaison. Hospitalité indienne.
Singe perché! »
Après une crevaison, la suite.

Incredible India ! 

Definitely, a trip in India invites you to open your eyes, your soul, to relativize, to use common sense in everyday life. Something can happen at any time! It was written since the first day on the road signs in North India, and it is still making echoes in our heads : « Expect the unexpected! » Here is a first shot of what means incredible in India and make our experience unforgettable :

Un voyage en Inde invite à relativiser, ouvrir ses yeux et son esprit, et user du bon sens au quotidien. Il peut arriver n’importe quoi n’importe quand. C’était écrit depuis le premier jour sur les panneaux des bords de routes au Nord de l’Inde et ca résonne encore dans nos têtes : Expect the Unexpected ! (Attendez l’inattendu). La plupart du temps, les anecdotes arrivent et on n’a pas le temps de dégainer l’appareil photo ou d’enregistrer le moment. Alors on écrit, tous les jours, pour se vider la tête et surtout pour marquer au fer chaud les moments inoubliables et les anecdotes les plus burlesques. Pour le reste, voici une première galerie de moments choisis, ou de moments de vie, captés sur le vif et qui rendent l’Experience en Inde inoubliable.

Des élèves moines qui reviennent au temple à l’heure de la prière
Leh, animé avec les écoliers profitant du dimanche
Parmi les milliers de toutous animant Leh la nuit, en voici un qui a besoin de se reposer
L’efficacité au Ladakh
1h du matin, une voiture coincée dans un torrent bloque la route (-12degres, 5000m alt.)et sera finalement tirée par un bus.
Premières casses, rafistolage a l’indienne avant de trouver de quoi re souder le porte bagages
Les marchés animés de Manali
Un jus de mausammi ou d’ananas ? Après une journée de 150km, les 2 !
A côté des marchés traditionnels, des rues animées qui prolongent l’ambiance.
Délicieux plats végétariens : une assiette de thali(salade, lentilles, curry, haricots, yaourt au lait de yak,1 Chapati de pain) et une dizaine de momos (des raviolis aux épinards)
De passage dans une station de bus, un moment choisi parmi tant d’autres
À Delhi
Dans le train, on n’est pas les seuls à essayer de dormir comme on peut!
Soudures en live

TransHimalayenne en Royal Enfield – 4/Through Himachal Pradesh (last days @Shimla, Rewalsar & Prashar Lakes)

Les lacs Sacrés de Rewalsar et Prashar.

Rewalsar, ou Tso Pema, un lac sacré pour les hindous, les sikhs et les bouddhistes. Nous dormons dans le bâtiment qui jouxte l’ecole de moines bouddhistes. Le calme et la sérénité d’un monde à part. Le matin nous entendons la prière accompagnée de rituels, la puja. Le tour du lac et les alentours offrent de belles balades au calme.

Prashar, il faut d’abord y aller ! Alors que la moto s’était reposée à Rewalsar, nous nous attaquons à 100 km de lacets, pour grimper à 2730m. Beaucoup moins de monde ici. Pas de village, juste quelques maisons de bergers et un temple Sikh qui vaut le détour. Pour nous c’est une première. Nous y entrons et sommes accueillis par le gardien du temple qui nous applique un point de peinture entre les yeux, et noue un lacet à notre poignet.

Arrivée « panoramique », il n’y a pas plus haut dans les alentours, nous restons jusqu’au coucher du soleil pour espérer une belle vue. On sait qu’il faudra allumer les phares, mais ça se mérite ! On est tellement seuls ici de nouveau. Après quelques virages en redescendant, nous nous arrêtons pour espérer stopper le temps.

TransHimalayenne en Royal Enfield – 4/Through Himachal Pradesh (next days @Sainj, Sarahan, Sutlej Valley)

Through the slopes of the Sutlej, we ride and get surprised by those villages, built between the cliffs and the river. In this region there are people, everywhere. In the night, stars seem to appear down to the horizon. Optical illusion : theses are houses, built all over the valley.

Dans les virages qui suivent le Sutlej, on se laisse surprendre par les villages, bâtis entre la falaise et la rivière. Ce nouveau Road trip nous fait ouvrir les yeux sur cette présence de gens, partout. La nuit, des étoiles semblent descendre à même l’horizon… Illusion d’optique : nous sommes toujours dans des canyons renversants, et les scintillements sont en fait des lumières de maisons, brillant jusqu’aux sommets! Autant de belles rencontres. Les gens que nous rencontrons sur la route semblent heureux dans leur maison qui attend quelques heures de travail supplémentaires pour construire l’étage suivant. En attendant, on partage le thé avec ces inconnus, sur le toit.

TransHimalayenne en Royal Enfield – 4/Through Himachal Pradesh (first days @Naggar, Manikaran)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

In the valleys of Naggar, we leave the riversides to elevate to the hills and cliffs along the curvy roads, then we go down to find the river again, which we’ll not quit for 3 days. 

Dans les vallees de Naggar, on oublie les rivières pour s’élever dans les routes sinueuses, puis nous retrouvons le Beas et arrivons vers Manikaran où le bruit de la rivière ne nous quittera plus pendant 3 jours.

TransHimalayenne en Royal Enfield – Challenge accepted ! 

A 3-day immersion, a boneshaking   500km challenge to ride over the highest roads ever (+18000 ft. alt.)… to discover what ? Hunder desert, vertical views of the Nubra Valley, and all tints of blue on Pangong Lake. At these heights, the compression of the mono cylinder is so weak that it reminds you the few oxygen running into your lungs. Like us, the Enfield will cough for sure and use all the remaining power to go up, to ride over sand and dirt tracks, to cross rivers and on. Challenge accepted ! 

3 jours en immersion, 500 km à se secouer les os sur les routes les plus élevées ( max 5600m alt.) pour découvrir quoi ? …le désert de Hunder, les vues vertigineuses de la vallée de Nubra, et toutes les teintes de bleu du lac Salé Pangong. A ces altitudes, la compression du monocylindre est si faible qu’elle rappelle le peu d’oxygène qui circule dans nos poumons. Comme nous, la Bullet va devoir puiser dans toutes ses ressources disponibles pour passer les sommets, franchir les rivières et négocier les pistes de rocaille et de sable. Challenge accepté !

Jour 1 : de Leh à Hunder, en franchissant le Kardung La à 5602m

Jour 2 : de Hunder à Man, sur les bords du lac de Pangong, via la vallée de la Nubra.

Jour 3 : de Man à Leh, en franchissant le Chang La, à plus de 5300m puis descente vers Chemré et Hemis.