Expemundo : a look at the Map

(EN) 🇬🇧 Time to zoom the map out to see the planet entirely. Time to share to the maximum our passion for the Planet, the People who live on it and Happiness. Cause this is what all is about ! The rest is just a list of anecdotes and decisions that you see only when you are zooming in again on the map. From this point of view, there are no borders, no crazy weather, no bad things. From here, Earth looks like an amazing and beautiful playground to go through. And we are all part of it. Enjoy your journey!

ExpeMundo 2017 : 42 countries explored by motorbike in total immersion over 3 continents…well from there this is just a bunch of pins on the map ! (FR) 🇫🇷 Il est temps de sortir la tête du guidon et dézoomer la carte, de partager au maximum ce projet, cette envie, cette passion pour la planète, les gens qui vivent dessus, et un peu plus de bonheur ! Car en dézoomant la carte, il ne reste que ça. Avec cet angle, on voit toute la Terre, pas de frontière, pas de mauvais climat ou de contrariété. La Terre ressemble juste à un superbe terrain de jeu à arpenter. Bonne route !

(ES)🇪🇸 Desde este punto de vista no hay fronteras, malos climas o cosas que te paren. Ahora es tiempo de ver el planeta y nuestro camino desde este punto de vista. Pura planeta, gente y felicidad no más ! Es tiempo de compartirlo. El planeta es un inmenso terreno de juegos. Buenas rutas.

Expemundo l’aventure continue, à partager !

Versions : français (FR) – english(EN) – español (ES)

(FR) Si ce n’est pas déjà dit, plein de bonnes choses et de belles routes pour cette année 2018 ! Immersion totale avec les cultures et la nature que le Monde nous offre, des rencontres, des moments, des aventures. À partager au maximum bien sûr !

Et quelques nouvelles maintenant; d’abord, expérimentation de nouvelles « motos » :

Et puis quelques « mots » pour nos compagnons de voyage, avec ces cartes postales signées Expemundo !

En additionnant les kilomètres parcourus par l’ensemble de ces cartes, on est proche d’un million ! L’occasion de se reconnecter avec cette chaîne d’amis qui a fait notre année de voyage à moto.

(Il reste des cartes postales, si vous êtes intéressés par en recevoir, faites signe!)

Mais rien de mieux que de vraies retrouvailles, comme cette surprise de début d’année où un compagnon de voyage de Birmanie, Julien, est venu d’Alsace pour passer un bon moment.

Et dire qu’en Birmanie on roulait sur des vieilles 125 à pneus lisses avec un casque bol et en t shirt.

Et puis pour commencer les bonnes résolutions, rien de mieux que se les écrire. Ecrire ? Continuer à partager nos expériences de voyage, dans les publications du site, les vidéos sur notre chaîne YouTube, et les photos sur Instagram. #expemundo suivez nous !

Facebook : https://www.facebook.com/pg/expemundo/

Instagram : http://www.instagram.com/expemundo1

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCH5XycvO3VVJB_SJWqgfkJg

(ES) Felicidades y Muchas buenas rutas par ese nuevo año ! Esperamos verles pronto en la ruta cruzando caminos. Algunas noticias de Francia en fotos : empezamos con nuevas « motos » como se ve 🙂 Despues escribimos cartas postales para los compañeros de viaje. Son un million de kilómetros recorridos por el mundo si añades las distancias de cada carta ! (Faltan algunas cartas, si quieren envíanos un señal 🙂 )

También nuestro compañero de viaje de Birmania, Julien, pasó por el sur de Francia para dar visita. Así sigue la ruta.

(EN) Lots of great things, good vibes and great roads for 2018 ! Here we are starting with new « bikes » as you see on the pics. Then, a lot of Expemundo postcards going around the world ! (If you want yours let us know ! ) And our Myanmar traveling friend, Julien came to visit us so we couldn’t help riding the bikes. Very different from Myanmar though as we were on 125cc with a jet helmet and wearing t shirts!

And again, lots of resolutions for a great year !

Argentine? Brésil? Paraguay? De quel côté de cette frontière naturelle incroyable sommes-nous ?

Nice meeting in the ecuatorian jungle.

Une publication partagée par Expemundo (@expemundo1) le

//www.instagram.com/embed.js

 « En route, le mieux est de se perdre. Lorsque l’on s’égare, les projets font place aux surprises, et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. »
On The road, the best is to get lost. When you loose your way, the projects become surprises, and at this time only, then the journey starts.

Nicolas Bouvier

Carte scolaire – Asie Politique

Les cartes scolaires aussi sont source d’inspiration et nous ont fait préparer le voyage.

Dans une première vie, accrochées  au mur des classes primaires, muettes d’un côté, « parlantes » de l’autre, les cartes Hatier ou Vidal-Lablache avaient l’intention d’enseigner précisément les villes, les flux commerciaux, les temps de trajet aux écoliers. Celle-ci mesure 120cmx100cm, elle date de l’entre deux-guerres, et à été récupérée pour une seconde vie, accrochée au mur du salon.  Que d’anecdotes sur cette carte ! La Syrie était sous mandat français, il fallait plus de 10 jours en bateau pour relier Marseille à Pondichery, l’Iran était connu sous le nom évocateur de Perse… Certes les frontières et les noms des pays ont évolué pour la plupart, mais les villes restent et font toujours rêver  : Samarcande, Srinagar, Chang-Mai, Calcutta, Luang Prabang…

Cette carte sur le mur du salon, c’est comme si l’on avait ajouté une fenêtre!

Aujourd’hui on y est. Voyager c’est aussi parcourir corps et âme cette carte jusqu’ici parcourue avec les yeux. 

D’autres cartes et sources d’inspiration à venir dans cette rubrique!

Croatie : week-end à Dubrovnik

Escale courte mais intense en Croatie, à Dubrovnik le temps d’un week-end. Le temps n’est pas de la partie mais nous nous tenons à l’abri dans les beaux monuments de la vieille ville.

 


On visite Dubrovnik sous la pluie : ) !!! Peu importe, on retiendra surtout la soirée passée hier soir avec notre dernier chauffeur d auto stop dans une cabane pres de la mer, Marko a 72 ans a émigré après la révolution hongroise…

Celle la c est une longue histoire aussi. C est notre nuit a Dubrovnik ! En deux mots : VIVA COUCHSURFING : ) ou comment dormir dans la réserve d’un magasin de produits informatiques !

Le lendemain, avant de partir pour la Bosnie!!

A Sarajevo, en Noir et blanc


A Sarajevo, on fait valser les pigeons de la place Sebilj.

A Sarajevo, on prend le tramway et on observe.


A Sarajevo, on évite de justesse (d’un mètre et une quinzaine d années) une bombe lâchée pendant la guerre.

A Sarajevo, on regarde la bibliothèque nationale lentement se reconstruire.

A Sarajevo, il y a le quartier turc, le quartier autrichien, le nouveau quartier ….

A Sarajevo, on regarde les joueurs d échecs sur la place principale.

A Sarajevo, on passe dans le tunnel, chemin de l espoir pendant la guerre.

A Sarajevo, on marche la main dans la main avec nos sacs. On part pour l’une des dernières destinations de notre voyage : Belgrade, Serbie.

Entre Mostar et Sarajevo

Entre Mostar et Sarajevo…on est en train.

Le train de Mostar  est comme une attraction du Parc Astérix : des ponts, des tunnels, des wagons qui penchent…. mais pas de looping.

Dans le train on apprend le bosniaque, on sort la tête, on prend des photos, on s ennuie, on rigole, on a froid, on a chaud….Tout a l heure, on arrivera a Sarajevo…les pieds dans l eau et le ciel qui nous tombe sur la tête !

On retrouvera Belma, une étudiante croate rencontrée entre Dubrovnik et Mostar, par hasard elle avait reconnu notre accent et s’était retournée : « Je peux parler français avec vous ? »

Albanie, Tirana 2009 : regard libre

On arrive en stop a Tirana depuis le Kosovo. Pays surprenant mouvemente par des strates politiques ces dernières années. Les grosses voitures et 4×4 a plaque etrangere  narguent les ânes et les charrettes. Mais l hospitalité est toujours présente. On rencontre un albanais qui nous fait découvrir sa ville, avant de retrouver notre pote couchsurfing.

Surprise. La Piramida est en reconstruction. Petit clin d oeil a un vieux barbu que l on connait bien. S il se reconnait il a droit a nous laisser un commentaire pour riposter. !

Sur la place centrale, les voitures pour pitchous se font doubler par les voitures de luxe. Tirana : musee Mercedes !

Communiste, capitaliste, anarchiste, … autant de strates politiques qu architecturales.


Edi Rama a voulu mettre de la couleur dans le quotidien des habitants de Tirana.

…des couleurs pour ameliorer le quotidien.

The Garrett President Museum… ou comment refaire le monde avec un couchsurfer harvardien. Lots of fun with this crazy guy !

Lots of fun.

Dans les grills de la vieille ville, les poulets cotoient les tetes de mouton….fameux hein !!!

A l ombre des arbres du lac artificiel, les vieux jouent aux dominos et aux echecs.

Des petits qui fument, du haut de la statue de la place centrale.

Des glisseurs ephemeres, sur la Piramida…. Les gosses l envahiront de nouveau dans quelques semaines….

Repartir sur les routes, en stop, a travers les couleurs des immeubles d Edi Rama. Direction le Montenegro..