A Sarajevo, en Noir et blanc


A Sarajevo, on fait valser les pigeons de la place Sebilj.

A Sarajevo, on prend le tramway et on observe.


A Sarajevo, on évite de justesse (d’un mètre et une quinzaine d années) une bombe lâchée pendant la guerre.

A Sarajevo, on regarde la bibliothèque nationale lentement se reconstruire.

A Sarajevo, il y a le quartier turc, le quartier autrichien, le nouveau quartier ….

A Sarajevo, on regarde les joueurs d échecs sur la place principale.

A Sarajevo, on passe dans le tunnel, chemin de l espoir pendant la guerre.

A Sarajevo, on marche la main dans la main avec nos sacs. On part pour l’une des dernières destinations de notre voyage : Belgrade, Serbie.

Albanie, Tirana 2009 : regard libre

On arrive en stop a Tirana depuis le Kosovo. Pays surprenant mouvemente par des strates politiques ces dernières années. Les grosses voitures et 4×4 a plaque etrangere  narguent les ânes et les charrettes. Mais l hospitalité est toujours présente. On rencontre un albanais qui nous fait découvrir sa ville, avant de retrouver notre pote couchsurfing.

Surprise. La Piramida est en reconstruction. Petit clin d oeil a un vieux barbu que l on connait bien. S il se reconnait il a droit a nous laisser un commentaire pour riposter. !

Sur la place centrale, les voitures pour pitchous se font doubler par les voitures de luxe. Tirana : musee Mercedes !

Communiste, capitaliste, anarchiste, … autant de strates politiques qu architecturales.


Edi Rama a voulu mettre de la couleur dans le quotidien des habitants de Tirana.

…des couleurs pour ameliorer le quotidien.

The Garrett President Museum… ou comment refaire le monde avec un couchsurfer harvardien. Lots of fun with this crazy guy !

Lots of fun.

Dans les grills de la vieille ville, les poulets cotoient les tetes de mouton….fameux hein !!!

A l ombre des arbres du lac artificiel, les vieux jouent aux dominos et aux echecs.

Des petits qui fument, du haut de la statue de la place centrale.

Des glisseurs ephemeres, sur la Piramida…. Les gosses l envahiront de nouveau dans quelques semaines….

Repartir sur les routes, en stop, a travers les couleurs des immeubles d Edi Rama. Direction le Montenegro..

Visiter Sofia en Bulgarie

Entrer en Bulgarie, c est retrouver l Union Europeenne, les temperatures a sortir la doudoune, l odeur de la charcuterie (ouuuh ca nous manquait ca !) et les voitures qui ne klaxonnent pas pour rien. Tout autant de contrastes avec les 4 mois passes qui nous font apprecier la capitale de ce pays. Ca caille, certes, mais on se regale a marcher dans les rues tranquilles et sans voitures (si silencieuses que l on entend parler les gens sur l autre trottoir ou le claquement des talons de ces dames!). On retrouve aussi l alphabet cyrillique, et on discute avec les gens en parlant russe (ca ressemble au bulgare).

On arrive tres tot a l autogare et tout est ferme.

Premieres images de Sofia.

A Sofia, la mosquee, la synagogue et l eglise orthodoxe sont tres proches. Il ne faut pas se tromper de batiment pour aller prier…. : ) Ici c est la mosquee.

L eglise orthodoxe Alexander.

et derriere c est la synagogue, qui est l une des plus grandes d Europe

Ahhhhh le style !! Ca nous rappelle la Russie !!!

Rencontre avec Leilavania, une mamie adorable avec qui on passe une apres midi a discuter.
Le saviez vous ? Les bulgares bougent la tete a la verticale pour dire non, et a l horizontale pour dire oui !!! Ca porte a confusion. Situations cocasses.

2 soirees Excellentes avec nos potes couchsurfers bulgares !!!!

Voila, on part demain pour la Macedoine. La meteo prevoit 2 degres. Il va falloir s adapter…!

ExpeStudies Partie 1 : Mexico Guatemala Ensemble

MeXico GuaTemAla !!!!

Décider où aller au jour le jour.
La boussole pointe au Sud, c´est tout.
On s´imprègne de chaque rencontre et on le vit à fond…. ¡Viajando a la brava!


Viajando a la brava y decidir a donde vamos cada dia, con las encuentras con la gente ¡ Bienvenidos en este sitio donde 2 jovenes estudiantes van a compartir sus diarios de viaje. Desde Guadalajara hasta San Pedro, desde México hasta Guatemala, y pasando por Oaxaca, San Cristobal, la selva lacandona, Semuc Champey… En camión, en ride, a pie, en cayuco, ….. Y encontrando mucha gente que nos guió en el camino. Buen Viaje !

« Vive hoy como si deberias morir mañana
Aprende como si tu deberias vivir por siempre. »

Viajando a la brava : To travel day to day, with no plan. Just enjoying what the people share and go on our way. 2 months for that trip. Welcome on the blog site of 2 young travellers who are going to share with you their adventure from Mexico to Guatemala, from Guadalajara to San Pedro, from volcanoes to sea, ans from deserts to jungle …. Have a good trip !!

« Live as if you had to die tomorrow
Learn as if you had to live forever. »

Bienvenue sur le blog de 2 serial voyageurs qui souhaitent vous faire partager leur carnet de route! Du Mexique au Guatemala, de Guadalajara au Lac Atitlan en passant par Oaxaca, San Cristobal de las Casas et villages indiens lacandons. En bus, en stop, en canoë, à pied… Et en rencontres surtout !
Pourtant, le trajet n´était pas prévu d´avance. Qui aurait pensé qu´on allait se retrouver au Guatemala sur un coup de gueule avec un taxi ? Qui nous aurait amené dans un village zapatiste? … ou dans une tribu d´indiens lacandons si on n’avait pas rencontré ces gens sur notre chemin qui nous l´ont conseillé, et à qui on a dit « Vamos ! » Carnet de voyage 2008, écrit par G&G

Experiment Australie : Ferme Number 1, les avocats, les wwoofers et les alpagas

Number 1 : Avocados & Alpacas Farm in Coomera

11 Mai 2007

Pas une minute a perdre ….

Le soleil se leve a peine quand j’atterris à Brisbane. Les douanes passées et mon sac à dos récupéré, je m’aventure vers la gare de la Gold Coast Line, destination Coomera, à une heure au sud…

Dans le train, je poursuis mon chemin de rencontres. C est d abord avec une indienne qui étudie ici, puis avec un aborigène que je discute.

Les grandes villes sont maintenant loin derrière, et la rainforest domine peu a peu.

Coomera, village ou plutot station de train ou je vais retrouver mon premier host. Kenneth et Katherin vendent des avocats. Quand j arrive, il y a deja des WWOOFers : Tomoko (Japon), Gesuong et Maria (Coree du Sud)…

je vais dormir dans la caravane au fond du jardin. Il y a du boulot, il y a plein de choses a voir, a entendre et a partager ici…

Pas une minute a perdre…

First real day

En effet ca valait le coup de se lever tot. Le brouillard qui s accroche au plateau de Coomera semble esquisser un grand ocean. Dans quelques minutes le brouillard va laisser place au vrai paysage et reveiller les cookoobaras, petits oiseaux tres bruyants.

Ce matin il y a du boulot dans le champ d avocats. La chaleur arrive tres vite. En fin d apres midi, on est tous alles donnes a manger aux chevres, beliers et alpacas…

Au coucher du soleil, les cookoobaras semblent beaucoup plus calmes, ils se postent sur une branche, et regardent le soleil qui se couche. Belle journee…premiere journee.

Avocados !

Comme tous les matins, je me leve avec le soleil a 6h. On ramasse les avocats des meilleurs arbres du jardin pour les vendre dans le stand qui se trouve devant la maison. Le stand est enfin pret, on a fini d y mettre une derniere couche de peinture. Il va pouvoir accueillir les avocats fraichement cueillis du matin.

Sympa hein ? En tout cas les passants aiment bien et n oublient pas d en prendre quelques uns au passage. Tout se fait sans surveillance et avec respect c’est impressionnant. Les prix suggères sont bien suivis, les gens se servent et mettent les pièces dans la tirelire fabriquée pour l’occasion. L apres midi on s est fait une viree rando dans la rainforest de Tamborine Mountain. Une cascade nous y attend.

Rainforest

Sunday and Rainday !

Cap sur lOuest Aussie, a 150 km de la maison. Pas besoin daller bien loin pour changer de paysage, la voiture roulesur des routes tantot sinueuses, tantot parfaitement droites… Premiere decouverte du bush, coupure nette avec la rainforest. Ce nest pas encore loutback, mais ca me donne deja un petit apercu de ce que je vivrai dans quelques semaines. Ranchs, vaches, chevaux, c`est tout..

La rainforest revient lorsque le paysage se cabosse. On va arriver dans un coin paume mais bien entretenu, ou l`on peut traverser la jungle avec des ponts de singes. Vertiges… on est a plus de 10 metres du sol, entre deux Booyongs, arbres a lianes demesures. Heureusement, je sais ou je vais. Zac, le fils de mes WWOOF Hosts, nous guide. Énormes moments avec 4 nationalités différentes !

Rainforest means raining !

Lorage approche... Dans quelques minutes, les gros nuages vont sabattre sur Tambourine Mountain. Apres la superbe matinee,  lapres midi pourri version rainforest. Ce matin, `` picking up avos « , cueillette d`avocats pour tous les wwoofers. La fete des meres approche, dimanche sera un grand moment de vente ! Les australiens de tenir particulierement a cette fete. En attendant, il faut avoir assez de stock pour le grand jour…

Apres-midi pluvieuse, apres-midi polissage ! Les avocats passent dans des petits rouleaux qui vont les polir. Bob, le grand pere est la pour nous aider, Tomoko and me.

Technical Failure Only !

En effet la technique nest pas au rdv en ce moment. Internet marche coussi coussa et mon appareil photo est definitivement hs. Malgre tout jessaie d`ecrire un petit mot chaque jour! Etre avec plusieurs wwofers dans la meme ferme, c est partager plein de cultures. Quand on tchatche dans les arbres a avocats pendant le travail, on parle de notre pays, de nos differences. Les sud coreens et les japonais sont differents croyez moi ! On est la en tant que representants de nos pays, continents parfois. Et oui, mine de rien, il y a trois continents dans la meme maison !

Aujourdhui j ai desherbe le champ davocats avant la cueillette qui se fera demain. Pas mal de boulot, de grosses bestioles, de fous rires…

Allez, puisque mon appareil photo est hs, je ne peux pas vous faire partager les photos du jour, je vous envoie une de ma derniere expedition dans la rainforest avec les wwoofers. On a grimpe a un arbre centenaire, garni de lianes. Amazing!

La team des volontaires !

Averse sub-tropicale

Its raining today... where is my umbrella. Et quelle pluie ! Une belle averse sub tropicale qui a dure toute la nuit. Ce matin je me suis reveille les pieds dans leau, la caravane nest pas tres etanche... Quand laverse sest arrete, il sest mis aussitot a faire un soleil magistral, et les 30 degres celsius sont revenus sur le thermometre. Plein doiseaux sont sortis don ne sait ou… Il y a surement de quoi manger dans la terre encore humide des champs d avocats. Les rainbow lorakeets s`en donnent a coeur joie.

Hey I am a real Aussie ( je suis un vrai australian ! ) Le coin d Australie dans lequel je me trouve, c est un mix  de campagne et de jungle ( rainforest ), les gens sont vrais, les villages sont petits, les avocats sont organiques et les araignees sont aussi grosses que ma main…

Tomoko m a  passe ses photos. Dimanche elle nous avait pris (Maria a gauche, Jaesong a droite & me au milieu ) en train de jumper sur la plage !

free !

Qui veut des avocats ?!

Les avos ( avocats en australien ) se vendent bien. Il suffit de tourner les yeux du stand pour quune ou deux voitures sarretent et en prennent quelques uns. Du coup, je fais plein de rencontres avec les clients. Certains viennent de Perth, de l autre cote de l Australie. La bas, ils nen ont pas encore.

Le matin, on cueille les avo`s, puis on les polit pour ensuite les vendre le jour meme. A part ca, aujourd hui j ai fais le bucheron avec les wwoofers boys.

Ca cest un bebe lezard ``blue tongue`` qu on a trouve avec Jaesong. Pas si petit que ca quand meme ! Il faut lui tenir la tete en lair sinon il mord.

par Guilhem
06.05.

Le dimanche on se repose! Pas de boulot!

Pour en profiter au max on est partis voir le lever de soleil a l ocean. Une heure de route pour rejoindre la cote! En fait c est aujourdhui que je decouvre une partie du cote touristique du pays. Enfin bref, 6 heures, on est les premiers a arriver sur la plage. Le soleil va bientot se lever quand j ecris happy birthday sur le sable.

5 minutes apres :

Vivre l experiment, c est aussi vivre au rythme du soleil. On ne peut pas se passer de moments pareils. Tu te leves a 4h30, tu fais une heure de route et tu vas voir un truc qui dure a peine 5 minutes…

Pickinup Avos

Les avocats, on les cueille comme ca : on grimpe aux arbres, on ramasse par terre, et surtout, on se sert des ‘picking pals’, des tiges avec un panier a lextremite et un ciseau que lon actionne avec une corde. Pratique pour cueillir les avocats les plus difficiles a atteindre :

Tous les soirs, rdv avec le soleil pour le voir se coucher. Rendez-vous differents a chaque fois. Rendez-vous uniques. Comme si la journee passee donnait au soleil une nouvelle inspiration. Instant magique, accompagne d`un cri strident de cacatoe, de quelques notes de guitare, et d’un peu plus de liberte.

Fencing (& ALPACA STUFF)

Le pre qui donne sur la rainforest doit etre coupe en deux par une cloture. On y mettra les chevres, les alpacas iront de l autre cote. Les rondins de bois servent de pilier, on les met aujourdhui et on mettra le grillage plus tard. On a les outils quil faut : la « pelle ciseau », la barre metallique, et nos biceps…

Le travail est physique, et sympathique. Les chevres et les alpacas se demandent ce que nous sommes en train de leur mijoter. Ils s’approchent de nous sans timidite.

O mon berger !

Les mecanos sont sympas

Reparation de bagnoles aujourdhui. Ces vieux 4x4 qui erraient dans le jardin, je me demandais sils rouleraient un jour… Chose de faite apres une journee mecano avec Bob, Kenneth et Zac. Le premier est un pick up Toyota de 1984. Le deuxieme c`est celui la :

Le coucher de soleil depuis Tamborine Mountain est superbe ce soir, il annonce une belle journee demain.

Le soleil a peine disparu, les etoiles apparaissent aussitot. Il y a ici une espece d`atmosphere qui fait scintiller les etoiles.

Chicken Poo …

Le champ de rhubarbe a besoin detre entretenu. Un peu dengrais lui fera du bien. Autrement dit, il ne sera pas necessaire que je publie des photos sur la nature de mon travail. Du coup je vous en passe une de ma derniere sieste.

Vers le Nord …

Dimanche, journee de repos, sans repos ! Lever a 3 heures du mat pour se faire 2h30 de route, direction Noosa. But du jeu : Voir le soleil se lever. On y est. On est seuls sur la plage. Plus qu`un instant avant le feu rougeoyant…

Derniers moments a partager avec ma premiere famille  » WWOOF Host « . Encore quelques rigolades avec les wwoofers, quelques bons moments avec Tomoko, Jae Song, Lydia… Sur la route, on sarrete chez un vigneron qui nous fait gouter ses "Bo Jolly" ou encore " Cabernet ". Devinez dou ca vient. Demain matin, je vais a quelques centaines de kilometres au Nord Ouest. Bon vent !


Commenter cet article

Anonyme

PrivacyTerms

protected by reCAPTCHA

PrivacyTerms

VALIDER invisible reCAPTCHA script

VERIFY

elody

19/11/2008 03:15

Répondre

Coucou le cousin! commen va tu? g appri la nouvelle y en a kon de la chance kan mm!!! L’australie, un pays de reve… Jespere que tous ce pass bien pour toi! a biento et profite bien de ce jolie voyage! Bisous de ta cousine Elody!

marie

19/11/2008 03:14

Répondre

alors cette photo elle est super belle…
félicitations à celle qui l’a prise, elle est énorme!!!
bon courage pour ton séjour, tu as bien de la chance…

END TAG

Contact

Experiment Australie : Ferme Number 2, papayes et autres fruits

Number 2 : Papaya and fruits

Guilhem 21 Mai 2007

🇦🇺 New farm, new way of life. I am going to work in a Papaya farm for a week. Near of Wamuran, you can find a paradise of nature called Mount Ngungun. A few hours to climb the mountains. And the view will be worth seeing. 🇫🇷 Cest parti pour quelques heures de train vers la gare de Caboolture, au Nord Ouest. Sue my attendra pour mamener a Wamuran, un peu plus a lOuest. Le voyage est toujours plein de rencontres, et cest avec une suedoise qui m a donne sa carte du Queensland que je discute. La plupart des voyageurs que je trouve sur mon chemin ont aussi saisi lopportunite "Working Holiday Visa" quoffre l`Australie.

Vers de nouveaux horizons… Apres deux superbes semaines passees dans une auberge espagnole a laustralienne, me voila parti pour 7 jours dans le Countryside Aussie, plus calme. Cest un mix de bush et de rainforest. Les koalas grimpent aux gum trees, un kangooroo traverse la route. Autre faune, autre facon de vivre, autre temps, pour un moment…

Pres de Wamuran, petite sortie du dimanche pour se relaxer apres la semaine de boulot : preparer la terre, arranger le jardin. On oublie tout ca qu on est au sommet. En quelques heures, tu grimpes au point culminant de la montagne, et la vue fait oublier la pente que tu viens de monter. Mount NgunNgun, Glass House Mountains. A mi chemin, tu rencontres une grotte. Le sommet.

> Seul, bon c est le genre de moment oú j´aimerais faire la teuf, inviter tous mes potes, déconner, ….. j´ai choisi ce voyage sera perso…y a quelqu´un ?
N
e maison remplie de monde á un trou perdu est un vrai défi. La prochaine ferme, ce sera autre chose. A priori, je vais atterir chez une famille malaysienne (cool), avec des jeunes (cool) et un didgeridoo (cool… three points !).

Mon petit-fils…

Je te souhaite un bel anniversaire. 20 ans, tu as déjà fait une grande expédition dans le ciel de ta vie. Et pourtant ! Si je te disais que le meilleur reste à découvrir, à vivre … Le meilleur, c’est aujourd’hui. Ce sera demain.

Chaque jour est différent, il se vit comme un moment unique, comme un voyage. Chaque jour est une étape de ta vie, c´est un nouveau voyage. D’ailleurs, dans un voyage comme dans la journée, le plus difficile, c’est bien le premier pas. Dur de se lever. Démarrer du bon pied. Allez, on y va. Partons à l’aventure. Relevons les défis. J’ai un jour relevé un défi…

J’avais ton âge, et un sac sur le dos… Je suis allé chercher ma vraie nature, à la rencontre des gens et de moi-même. A l´autre bout du monde… Seul, sans souci, je n’avais rien d’autre à proposer aux gens qui m’ont laissé dormir chez eux qu’un sourire, et mes mains pour travailler. J’ai voyagé en demandeur. On passe l’essentiel de sa vie à faire ce que les gens nous demandent, à compter ses sous et le temps qui passe, mais moi je ne voulais rien de tout ça. Je n’avais rien, rien d’autre à donner que ce que j’étais. On dirait que dans la vie les gens ne font que se croiser, je voulais les rencontrer.

Une rencontre qui peut changer une vie ne tient à rien, au départ. Les rencontres sont nécessaires pour savoir ce que l’on est. Elles sourient à la vie comme une mère à son enfant. Mais rencontrer, c’est savoir aussi être seul, face à soi-même. Tu te révèles dans chaque rencontre que tu fais.

Pour te rendre compte de tout ça, pour te rendre aussi compte des gens que tu aimes et qui t’aiment, tu dois aller loin. Les choses les plus simples sont aussi les plus difficiles à trouver. C’est là que tu fais le premier pas. Tu trouveras ce qu’il y a de plus simple en toi en marchant sur le chemin de la vie.

Sans clé, sans carte et sans code, plus rien ne te retient. Pas même ton cœur qui est grand ouvert, qui ne se nourrit que des rencontres que tu fais. Tu as tant de choses à leur donner, et ils ont tant te donner.

Ta grand-mère a nourri mon cœur pendant mon voyage. Loin de 17 000 kilomètres, elle m’a fait confiance, m’a donné cette liberté. En quelque sorte, on a fait le voyage ensemble ! Dès le premier jour en Australie, je la sens dans mon cœur, oui elle me suit bien.

Aussitôt arrivé sur le sol de l’ « île d’en bas », j’appelle mon seul et unique contact par téléphone. Dans cinq minutes, le train va m’emmener vers la ferme qui va m’accueillir. Pas une minute à perdre. Ton grand père est un fonceur… Ne perdons pas de temps !

Pendant mes 50 premiers jours, je resterai près de la côte, proche de la civilisation. Je voyage de ferme en ferme, apprends le travail, rencontre des familles entières avec lesquelles je partage le quotidien. Je trouve des voyageurs aussi qui cherchent ou trouvent leur chemin.

Les gens je ne les croise pas, je les rencontre, je reste avec eux. J’ai besoin de ça. Au bout d’un moment, tu as besoin de ça. Tu as besoin des gens pour t’aider, pour vivre. Tu ne peux pas faire sans eux, à moins que tu sois un vrai solitaire! Déjà que tu es seul, tu ressens le besoin de partager. Rappelle-toi de ceci …

« Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l’acte de renaissance. Tu te trouves devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère.

Dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d’importance à ce qui t’entoure parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens car ils pourront t’aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur des Dieux avec une grande allégresse, comme s’il s’agissait d’un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante. »

Tu me suis toujours ? De ferme en ferme, je prends l’habitude de me sentir léger comme un ballon, je parcours un coin du pays. Je prends conscience qu’il y a toujours un moment où il faut partir. Alors, je m’approche d’une nouvelle ferme. Ca fait bizarre, mais tu dois l’accepter. Te sentir aller ailleurs, avoir envie de t’envoler, ne pas retourner sur tes pas mais aller flirter avec l’inconnu, le désert.

Le désert. Terre aride aux couleurs saturées. Terre vide qui t’appartient. Ou toi qui appartiens au désert. Une route rectiligne fait une artère dans le paysage. Et l’horizon, si loin, trace la perpendiculaire… Le désert est le seul endroit où l’on ressent un vertige… à l’horizontale.

Mais pourquoi le désert, le vide, alors que les rencontres sont si belles ? Parce que la rencontre avec le désert est unique. Le pied que tu poses sur cette terre rouge veut l’adopter. Il t’adoptera. Aller dans un désert de gens te donne encore plus envie de rencontrer, de partager. Ta vie en dépend tellement. Les touaregs du désert australien ont des chapeaux de cow-boys vissés sur la tête, un air un peu austère. Mais ils m’ont accueilli, moi, étranger.

Pendant les 50 jours qui suivront, je resterai avec eux, dans leur monde. L’immersion est totale, la première rencontre est unique. Elle te prend comme un électrochoc. M’adapter à leur style de vie devient obligatoire. J’apprends petit à petit à travailler le bois, le fer, puis avec les bêtes, j’apprends aussi à monter à cheval.

Ces gens m’apprennent leur travail, ils me donnent des conseils. Bien que pas très loquaces, le peu de pots qu’ils m’offrent est vécu comme un véritable moment d’humanité, dans ce désert que même les bêtes ont du mal à adopter. Ils ont quelque chose en eux qui les attache à leur terre, ils ne troqueraient jamais ce paradis infernal fait de poussière contre un enfer de pacifique, ou pire, une bulle citadine. Ces gens me font penser aux Afars que j’avais rencontrés en Afrique. Ils font penser aussi à des fous, qui voudraient montrer au monde entier que l’on peut vivre  n’importe où sur Terre, quelques soient les contraintes, mais peu importe.

Rencontre unique. Monde à part. Surprenant. Le monde est rempli de secrets, il cache des choses surprenantes. Même si le mode de vie est différent, ma façon de voyager reste la même, je vis de ce que me donnent les gens. Les gens me nourrissent d’espoir, d’envie de vivre, de défier l’inconnu. J’aime ces instants où tu sens ton cœur retentir comme un caisson de basses. Les basses, le grave, le vrombissement d’un moteur d’hélicoptère, les beuglements inespérés de ce troupeau coincé dans le yard pour un jour ou deux avant de revenir sur des terres libres.

Je me nourris de ces instants. Et sans savoir pourquoi, mon cœur bat toujours pour elle. Je l’entends qui frappe à la porte de mon cœur, et il l’accueille. Cette grande image que j’ai dans les yeux, et même encore maintenant,me rend libre de decouvrir toute la beauté du monde.

A ce moment là, je le sais, nous repartirons, mais cette fois ci,  nous repartirons tous les deux, ensemble. Et nous reviendrons plus épanouis. Nous partirons. Pas forcément loin, mais on ira sans clé, sans carte et sans code, frapper à la porte de l’habitant, marcher et relier nos chemins. Partager, enfin.

Un chemin qui se dessine à l’horizon. Un peu cabossé de temps en temps, il vaut la peine d’être parcouru. Admire le paysage, pose-toi de temps en temps sur le bord du chemin. Prend même le temps de sortir du chemin, pour voir aux alentours. Quel plaisir de faire le chemin à deux, après une ère de solitude. Les destinations se ressemblent. Il n’y a que la route, le chemin qui importe. Et à deux c’est mieux.

Chaque jour est une étape de ta vie, chaque jour que tu vis est un nouveau voyage. Tu fera des voyages, mais c est surtout le voyage qui te fera. Tu te remettras toujours en question, mais tu iras aussi de l’avant. Avance tant que tu peux. Vas y avec l’amour et l’humour.

L’humour,  l’amour sont nos trésors. Allez, bon vent !

Embarquer dans le Transsibérien pour une semaine MOSCOU, RUSSIE | Découvrir « la moitié du monde », par 45°C, en plein Ramadan ESFAHAN, IRAN | Marcher dans les jardins fertiles de Mésopotamie ZAKHO, IRAK | Toucher la frontiere chinoise, en trek à plus de 4000 mèters, puis s’engager sur la route de la soie TIEN SHAN, KIRGHIZISTAN | Rejoindre les paturages du Lac Song Kol à cheval KOCHKOR, KYRGHIZISTAN | Attendre le visa pour le prochain pays dans les calvaires de la bureaucracie locale BISHKEK, KIRGHIZISTAN | Se poser dans l’une des plus vieilles églises du monde MAALOULA, SYRIE | Avoir le souffle coupé RIJEKA CRNOJEVICA, MONTENEGRO | Passer le ramadan dans une famille kurde traditionnelle SILOPI, TURQUIE | Cuisiner des crepes avec des diplomates de l’O.N.U PRISTINA, KOSOVO | Parcourir le pays de la diaspora en stop dans des 4×4 de luxe TIRANA, ALBANIE | Dormir chez des bédouins RAQQA, SYRIE | Passer dans l’allée des Snipers SARAJEVO, BOSNIE ET HERZEGOVINE | Résister à la pression d’une détention injuste ALMATY, KAZAKHSTAN | Vivre l’esprit du voyage jusqu’au bout, en stop jusqu’à la maison et sans dormir BELGRADE, SERBIE |  Dormir, manger chez les gens, faire du stop, apprendre les langues locales et partager, dire « oui » à toutes les invitations, PARTOUT….

Initiatique : Vivre l’expérience Mexico Guatemala

Plonger dans la culture cumbia tequila salsa dès les premiers instants GUADALAJARA | Rencontrer les indiens de la jungle lacandone NAHA | Entrer dans un village rebelle zapatiste OVENTIC | Passer la frontière aec les canoes de la drogue RIO USUMACINTA | Effleurer les coulées de laves d’un volcan actif PACAYA | Ramener un âne perdu à son rancho YAVESIA | Relier les 7 villages zapotèques Mancomunados à pied SIERRA DE OAXACA | S’embarquer dans les tempêtes en canoe au milieu d’un lac mythique LAGO ATITLAN | Passer la soirée avec un pêcheur passionné PUERTO ANGEL | Poser les genoux sur les épines de pins de l’église SAN JUAN CHAMULA | Parcourir 600 km en stop d’une traite OAXACA| Prendre le meilleur bain naturel de sa vie HIERVE EL AGUA | Parler zapotèque TEHUANTEPEC | S’engouffrer dans une rivère souterraine KAN’BA | Avoir le souffle coupé SEMUC CHAMPEY | Dormir dans la jungle LANQUIN | Chasser des yeux singes, coatis, toucans et iguanes TIKAL | S’engueuler avec un taxi et changer notre itinéraire CARRETERA FRONTERIZA |  Monter au dessus de l’écrin de jungle pour découvrir les forêts du Guatemala YAXCHILAN | Tomber amoureux d’un tableau Vista de pajaro SAN PEDRO ATITLAN | Parcourir une ville secouée par les volcans ANTIGUA | Passer la frontière Mexique Guatemala dans le coffre d’un pick up CIUDAD CUHAUTEMOC | Traverser les mangroves grouillant de crocodiles CHACAHUA | ….

ExpeStudies Partie 2 : (1 gars) Mon Mexique – Carnets d’un échange universitaire

             Un gars 

          …En échange universitaire au Mexique ( ITESO

Guadalajara )
Le Mexique, c´est avant tout l´opportunité de réaliser ma thèse de fin d´études dans un environnement différent et proche de mes aspirations (compléter la formation d’ingénieur généraliste avec une expérience économique et stratégique sur les entreprises d’un milieu différent ). Pendant un semestre, mon université ce sera l´ITESO de Guadalajara, un campus de 10.000 étudiants, avec pas mal d´intercambios du monde (échanges universitaires) bien sympas et des étudiants mexicains de toutes carrières bien sympas aussi. C´est un campus avec des arbres,  terrains de sport, jardins, cinéma plein air, et tout le tsouin tsouin… Le travail, c´est du lundi au vendredi, et il y en a, et ca se déroule comme ca :
– réaliser un projet de terrain : consulting en développement d´entreprise en difficulté au sein d´une équipe pluridisciplinaire. Avec Edna (ingé alim), Juan Pablo (adminstration financière), on va faire un audit diagnostic de la boite, analyser leurs forces et faiblesses, étudier le marché puis trouver des opportunités de croissance.
– réaliser un projet de développement en interne : ce semestre il s´agira de créer une boite à outils du consultant : pour aider les étudiants à diagnostiquer l´entreprise. Il s´agit d´un programme, équipé d´une base de données,  implanté dans la plateforme de l´école afin de proposer des améliorations en adéquation avec la situation de l´entreprise

  • suivre un cours : pour être considéré comme étudiant (avec les crédits, la carte étudiant, le compte internet étouétou ). Conduite du changement dans les organisations.

                              > Working hard session in the campus…

C´est aussi l´occasion de bosser avec plein de profils différents (financiers, design, RH, chimie, admin d entreprises…. ). L´ambiance est vraiment sympa dans l´université c´est cool, et on est assez libres dans les initiatives. Voila en gros ce qui m´attend ici. Et pour le reste, c est que du bonheur aussi !!
           La ville, ma ville !

Guadalajara c´est la deuxième ville du Mexique en taille avec 6 millions d´habitants, et la première ville du Mexique « mexicaine » : tequila, mariachi, charreadas, tout ca ca vient d´ici! Elle est à base étudiante et d´un autre point de vue, est considérée comme la Silicon Valley du Mexique (avec des entreprises comme HP, IBM, Danone, Continental, Nestlé, Caterpillar, ….). Au fait je le dis de suite, des mexicains types avec la moustache le sombrero sur le dos d´un âne il y en a pas beaucoup… Ah ces préjugés alors ! Remarque c´est réciproque : ici, les francais ont la réputation de puer et de pas se laver. Tu verrais la tête qu´ils font quand tu leur dis : « Oui, ca fait deux semaines que je n´ai pas pris de bain…  » Ils te croient tu peux le leur faire gober 😉 ! La vie ici, c´est tranquille.

            Le squatt, the squatt !

Il est près de l´univeristé, à Zapopan, au sud ouest de GDL ( GDL = Guadalajara ) Voilà j habite au dessus d´un garage et en dessous des propriétaires dans une maison sans clé sans code et toujours remplie de gens. Les colocs viennent de tous les coins du Mexique : Zacatecas, Ocotlan, Distrito Federal, … avec les colocs et les fils de la famille ca fait déja 11 dans la baraque. Rajoute les 4 toutous et le chat. En faisant quelques réparations, j´arrive à me trouver gratos un portable yeah (un 3310 pourri dédicasse à Jonas qui le kiffe bien ), un ordi aussi pourri avec internet vitesse modem, ET una (mi, my, MA, the,)………… bicicleta (dedicasse a tous les pinche pendejos qui me sont passes a deux centimetres de la roue)  !!

                              > Annif de Alejandro (Mamacita) avec les compas on le fête avec un mois et demi de retard peu importe y a  un gateau et la guitare !

Se bouger en ville.

N empeche que la bici, je m en sers tous les jours et c est un plaisir indicible de depasser toutes les voitures le soir dans les heures de pointe !!!! Je me prends des Transvales en debut de semestre, 20 ca suffit c est pas systematique. Sinon j ai plein de potes qui prennent un ou deux bus pour venir donc ca vaut le coup (ca vaut deux pesos et demi l unite). Bon comme il y a des fois ou je vais direct a l entreprise, et que je ne m y ramene pas en velo (Lomas de Polanco ca craint un peu a ce qu il parait ), je m organise en freestyle pour laisser le laisser a l ecole quand j en ai besoin pour revenir. En gros ca veut dire : auto stooop !C est l un de mes mots favoris, depuis notre trip Mexico Guatemala avec Gaela : ride ou aventon.

Et tu vis en dix minutes une experience fabuleuse. J ai eu droit a la mamie qui adore Paris ca lui rappelle sa lune de miel, le communiste pas content de la politique actuelle, le macho pas drole qui me sort une blague sur les francais (Les francois de la sensualite… Mouaaaaaaarf !), les jeunes fresas avec un pack de Corona a se taper dans le trajet (de 4 kilometres), mais aussi parfois des trucs de ouf du genre la Camaro de 1979 tunee a bloc ou la maman qui attend sa fille (qui en fait est modelo). AAyyyyyy viva el ride !!!!!! Dans tous les cas se deplacer ici c est pas un probleme, je plains juste ceux qui sont obliges de se taper les bouchons de la rocade et de l´avenida  Lopez Mateos a longueur de journee en voiture aiiie !


Le sport
Le foot, c´est la base, le basket, c´est la deuxième base. Il y a un petit club de rugby aussi. Bon, pas de raquette, pas de patins, pas d´équipement. Pour ce qui est du sport, on va faire avec les bases : courir et nager ! (puis escalade). Avec la bicyclette aussi il y a moyen de se bouger.

Les premiers dimanches c´est entraînement pour le medio-marathon de Guadalajara avec Fernando et Reynaldo. On court sur la Via recreativa de Zapopan, (routes fermées aux bagnoles le dimanche). La via le dimanche c´est cool. Puis à l´Iteso, je me fais la Carrera del Lobo le jour de l´ITESO : 500 sur la ligne de départ pour 5km en speed. 35ème avec 23 minutes. Et la première fille qui est arrivée, elle m´est passée devant pile dans la derniere ligne droite arrrgh ! Bien content quand même… Bon et puis après, ca va être la découverte des sports extrêmes mais ca c´est autre chose … !! (A voir dans les autres articles )

Article #2 : Soirée Intercambios
             Un gars 

Le début du semestre commence avec un premier jour d´intercambios uniquement avec intégration bouffe jeux… J´ai bien aimé la dynamique du filet perso c´était bien drôle! Des étudiants du monde qui viennent profiter d´un semestre ou deux ici. La chance pour ceux qui en ont deux quand meme ! Et ca donne des soirées superbes. Baila toda la noche !

Dédicace à tous mes potes de : Mexico, Argentina, Alemania, Francia, Estados Unidos, Finlandia, Austria, China, Colombia, Chile …. ! Soirées mémorables…

Article #3

MX (3): Premier Campamento, Gotcha et Grito à Tapalpa
             Un gars 

Le grito, c´est la fête de l´indépendance au Mexique. Dans la nuit du 15 septembre, tous les Mexicains sortent dans la rue et crient ¡ VIVA MÉXICO !. Ce week end, je vais à Tapalpa, petit village à 1h30 de GDL, pour faire un essai de mon futur taff dans un campamento. Pour la première, il s´agit d´organiser le plus grand tournoi de Gotcha (paint ball) du pays : le Día M avec pleins de gens qui viennent de Sinaloa, Mexico DF, Sonora, Monterrey, des USA aussi,  ca rassemble tous les passionés !

Deux équipes, à 120 contre 120 à se foutre sur la gueule avec des billes de peinture. Ambiance Army !! Essai transformé, je reviendrai bosser dans quelques semaines, avec un autre style ce sera avec des enfants. On verra ce que ca donne.


Et le soir du 15 on va au centre ville de Tapalpa avec Beto, sa copine, Rey mon coloc et pleins d autres.

Tapalpa, c´est le lieu de rendez vous de pas mal d´étudiants de GDL. Les rues sont pleines à craquer. Ambiance de ouf  à 8 heures du soir déjà !!! On rencontre des francais de Ciudad Guzman et, complètement par hasard, un mexicain qui est venu dans mon village en France (Lamothe Capdeville oui oui!). Les mariachis jouent de la guitare en essayant de crier plus fort que la foule ! Tout le monde chante et danse !


A 5 heures du mat, on sort de Tapalpa pour aller dormir dans une maison abandonnée….et hantée ! On a vait bien pris soin de casser les barbelets dans l apres midi pour y rentrer tranquille. (Les photos arrivent bientot )

                            > Aux Piedrotas de Tapalpa, des pierres mystérieuses dont on ignore la provenance !

Week end de ouf. VIVA MEXICO !!!

Article #4

MX(4) : Campamentos
             Un gars 

Le week end ! Oublions les ordis, MRP, flux logistiques, diagnostics et tout les tsouin tsouin, back to basics on va se changer les idées!! Je suis mes deux frérots collocs aux campamentos à Tapalpa. Là je serai payé cool ! Mais c´est pas mon premier but, j ´y vais d´abord pour me changer les idées et vivre un peu avec la nature et les frérots !!! Le staff est composé d´une équipe de 10 jeunes surmotivés pour faire passer un week end inoubliable à ces 40 pitchous d´une école de. Le principe du boulot en tant que membre du staff, c´est de coordonner les animations pour un groupe d´enfants. Au menu : escalade, rappel, jeux de pistes, commandos, randonnée et dynamiques…..! Du coup, je deviens moniteur d´escalade ! Avec l´équipe super sympa, des gosses terribles et une ambiance de ouf !

                      > Beto qui présente la dynamique du Titanic.

                      > La dynamique de la Toupie.

                      > Session recyclage de vieux journaux.

                      > Entre deux activités, on se repose.


                      > Leur apprendre à survivre : se faire le feu et se cuisiner sa propre tambouille

                      > Dynamique « Firma – Anti Firma »  dehors à minuit, Rooo les degats !! Et ils adorent ca !!

                      > Rando de 2heures, avant le dejeuner, juste pour les durcir un peu!

                      > Rappel, escalade, et…. instructor de tiro al arco !

                      > Session team Building et pistes commandos.

                      > La session de fin de campement : débriefing avec le jugement des « Mauvais caméléons »

                      > Pour être moniteur d´escalade, faut bien pratiquer un peu! Et pieds nus c´est plus fun ! (A la fin du campement)



On va animer la partie « Sports extremes » d´un campement de collège à la Primavera, où les enfants viennent à 200 environ !!! Ouais ca en fait du monde dans la brousse ! Vetus d un t shirt vert, le staff fixe les points d´escalade sur un pin, on monte 2 tiroliennes et 3 lignes de rappel. Et le but c´est gérer l´attraction pendant la journée. Premier jour : moniteur d´escalade avec Beto. Le soir, on fait des dynamiques autour d´un feu qui monte à trois metres de haut : On danse, on chante, guitare djembé jusqu a minuit !

                                      > El equipo Ameyalli

                                      > Instructores de escalada (Beto mi hermano y yo Memo Herdez 😉  )

                                      > On enlève le harnais, mais pas le pantalon mmouuuuaarrrf  la blague que tu sors 100 fois dans la journée et qui les fait tous marrer 😀

                                      > On dérange pas pendant le taff ! C est que j ai une vie entre les mains là !

                                      > On fixe les appliques contre un arbre, sensations garanties au sommet !
Avec Beto on invente un jeu tout simple mais ca va bien plaire aux enfants : Buenos niños Malos Niños ! Les mauvais enfants montent ma veste rouge en haut de l´arbre pour que le Mémo se les gèle dans les nuits (Sales gosses), les bons la descendent (Bons gosses !). Du coup les enfants viennent et reviennent sur l´activité ! Et ca donne un but aux enfants ca leur permet de vaincre le vertige.

Et le lendemain, moniteur de rappel sur une falaise de 15 mètres. Petite mais ca fout quand meme la trouille a certains ! Ils sont légers du coup on met les 8 en 3 frictions pour que ca descende plus vite.

                                      > Faut la jouer psychologue et rassurer les enfants avant la descente en rappel.

                                      > et puis ca descend nickel. Ils n ont plus le vertige maintenant !

                                      > Petite lecon de rappel avant de tout redémonter



Les campements, c´est sportif, musical, nature, c´est bien payé et on se marre bien. T´es avec les enfants, tu les accompagnes pour vaincre leur peur du vide, le vertige, tu trippes avec eux dans les dynamiques de groupes. Ils apprennent à avoir confiance en eux d une autre manière et à se débrouiller. Ca va faire des bons gars tout ca. Bon en tout cas le plus important c´est que ca me change les idées, c´est sur c´est pas la plage, c´est un peu rébarbatif au bout du 150ème pitchou auquel tu enfiles le harnais….. mais tu te sens bien loin du bled de 6 millions d habitants, vivre un peu de tout quoi !

Avec la team Ameyalli.

Article #5

MX(5) : Concert Manu Chao
             Un gars 


Wow Manu Chao passe dans l´Arena VFG de Guadalajara. A ne pas louper ! On y va avec les intercambios ! Le délire. Manu nous fait les grands classiques. Tout le monde est a fond sur Bienvenidos a Tijuana ! mais les chansons en francais n y manquent pas et on se dechaine ! (Plus de voix pendant les 3 jours qui suivent…. ) Plus de lunettes non plus car un type en train de slamer m est tombe dessus, et a pris les lunettes sous sa godasse. N empeche qu on s est vraiment éclatés! Demain matin, cours : aaarrrggH !

                 > Concert de folie

                

Avec les intercambios : Mexico, USA, Alemania, Francia, Finlandia !

Article #6

MX(6) : Week ends Septembre

             Un gars 

Ce soir on fête l´annif de Chuy. il a toujours le bleu sur le bras, dommage collatéral du dernier Gotcha oú je lui ai planté 3 balles au même endroit (dans le bras ) ! Bon c´est un Annif surprise bien fur, on se planque tous avant qu il arrive. Et ca a marché !



Semaine suivante.
             Un gars 

On va retrouver Chuy, Luis et Ramon dans leur village a Tepetates. On fait des tamales ( plats a base de maïs et de viande) et on cuisine 10 kilos de poisson pour toute la famille.

                  > Barbecue partie avec la famille de Chuy et les collocs

                  > Faire les tamales, avec Luis

                  > Chuy chef cuistot. 10 kilos de poisson au barbec, bon il y avait des restes mais on s est bien gavés !

Puis grosse session Gotcha ( paint ball ) a 3 contre 3. D abord on se le fait dans un chantier, entre les engins. Il fait trop chaud dans mon casque, allez je tente un assaut avec le soutien de Fer et Ramon. A 5 metres de Beto, il m´a pas vu putain ca va faire mal on est près là. Paff il me voit tout le monde tire dans tous les sens je me fais Beto mais Beto me fait Gotcha aussi : en pleine tete, la balle traverse le casque par les aérations. J ai les marques de sang sur la joue !!

                  > Les guerriers fous.

il nous reste plus beaucoup de balles, après manger on se refait une partie avec un demi chargeur chacun. On va dans un champ avec des herbes de 1 metre de haut. Là les balles doivent être efficaces. Dix minutes se passent, pas un tir, on fait attention au moindre mouvement. Trippant le Gotcha. Soudain ca y est l assaut est lancé.

                  > En jouant on a trouvé des citrouilles ! Photo avec la familia.

                  > De retour à GDL le dimanche soir, avec barbec flingues et compagnie dans le coffre du pick up!



Semaine suivante.
             Un gars 

Ce soir les deux équipes de foot de GDL se disputent un match mémorable : Chivas VS Atlas. Tous au stade, zut il est rempli, ok on va au bar alors. Ca chauffe dur entre les deux équipes, entre les supporters aussi ! On se fait la soirée avec Ernesto & Edgar, deux pur potes couchsurfing, et Jo & Lena, deux couchsurfers allemands. Soirée Couchsurfing quoi. Bon on a loupé la moitié du match, mais on a vu le but !

On continue la soirée sur la colline des Bugambilias.

                         > Vue de GDL depuis les Bugambilias. 6 millions d habitants c est sur que ca en fait des lumières dans la ville !

Selon le flic-gardien qui vient se pointer, on gueule un peu trop fort notre chanson de la soirée « Que te parece fine fine fine very very good very good very very very very goooood », chanson devenue hymne du couchsurfing a GDL. Du coup, on part se faire un after aux Américas.

                         > Bar Americas. Musique électro.

Puis un afterafter a 5 heures du matin à bouffer des tacos!

                         > 5 heures du mat : rien de tel qu´une double paire de tacos providencias…….mmh muy a gusto
En revenant à la maison, un autre flic nous arrête :
– Que están haciendo ?
– Volviendo a la casa, cenando tacos..
– A las 5 de la mañana, es cenar o desayunar ?
nous sort le flic sceptique

Jajajajaja. Et on repart tranquille et sans problème.

Au fait Chivas a gagné 1-0.

Article #spécial

MX(spécial) : Chronique sur le visa étudiant au Mexique

Cette page est vitale pour toi, futur intercambio au Mexique.

Compte rendu de l´expérience VISA. Chacun aura son expérience. Le but c´est de se préparer psychologiquement à l´heure mexicaine 😉

17 Janvier 2008 :

accepté en intercambio à l´ITESO de Guadalajara, au Mexique. J´aurais besoin d´un visa étudiant pour le semestre. Je me renseigne et je vois qu´il faut aller a Paris en personne déposer le dossier finir les démarches et tout le tsouin tsouin si tu veux réaliser les démarches en France. Or Paris c´est loin, et je ne vais pas y aller juste pour ca. Donc rechercher d´autres solutions. (Au passage c´est aussi le jour où je l´ai annoncé à Gaela au cinéma pendant le film Into the Wild !!!! )

18 Janvier 2008 :

Ce que je veux faire n est pas expliqué sur le site. Petit mail au consulat du Mexique, pour leur demander quelles sont les démarches si je veux entrer au Mexique avec mon visa touristique puis le changer en étudiant, une fois au Mexique.

25 Janvier 2008 :

Réponse ! On me renvoit un lien internet qui soi disant m explique tout. C est la page que j avais consulté le 17 janvier 2008… merci.

30 Janvier 2008 :

J appelle en personne le consulat. On me répond que oui c´est possible, je peux rentrer en touriste et faire les démarches d´étudiant. Parfait.

26 Juin 2008 :

Tampon du visa touristique Mexique sur mon passeport !

14 Aout 2008 :

Début des cours. L´avocat de l´école vient en appui aux étudiants dans leurs démarches de visa. Parfait ! Il faudra payer 400 pesos a la banque, (+ 600 pesos pour moi puisque je suis rentré en touriste.) Remplissage de papiers et prise de connaissance des documents à joindre (dans la semaine car c´est très urgent).

19 Aout 2008 :

Je ramène tous les papiers que l´on m´a demandé en mains propres à l´avocat (dans un beau dossier en pluch) :

  • copie de l´acceptation et de l´accord d´echange universitaire entre les deux Ecoles

  • justificatif de paiement des 1000 pesos à la banque

  • justificatif de solvabilité économique de la banque

  • photos d´identité de studio à plus de 100 pesos (sachant que j´ai dû les refaire car le premier studio était soi disant pas accrédité)

01 Septembre 2008 :

Les réponses devaient soi disant (« Se supone que ») 15 jours après. J´envoie un mail à l´avocat. Il me faut maintenant un justificatif de domicile.

02 Septembre 2008 :

Le justificatif de domicile est envoyé par mail.

03 Septembre 2008 :

Non ca va pas, il ne peut pas l imprimer. Tres bien.

04 Septembre 2008 :

Je lui apporte le document imprimé.

15 Septembre 2008 :

Jour de l´indépendance de Mexico, ca n a rien a voir mais je le mets quand même.

15 Octobre 2008 :

petit mail pour avoir des news.. (et annif de ma soeur    ca va Parigotte ?)

17 Octobre 2008 :

réponse (ouraaaah !), comme quoi le dossier suit bien et on va me mettre en contact avec le bureau de l´immigration et le type qui suit mon dossier.

01 Novembre 2008 :

Yaxal, de l´information migratoire m envoit un mail et me demande des documents afin de valider la demande de visa. ( heiiin, mais c´était pas déjà fait ? )

05 Novembre 2008 :

Yaxal est cool, il a fini ses études, ancien de l´iteso et il vient chez nous pour faire les derniers papiers, et me rend mon passeport. !

30 Novembre 2008 :

après quelques mails, Yaxal passe dans mon bureau a l´iteso afin de me faire signer un nouveau papier (déclaration de délégation des pouvouirs blabblabal ) et me reprend mon passeport

30 Novembre 2008 :

« Ton visa sera prêt dans moins de 15 jours » ( oui, il y a intérêt car dans  moins de 15 jours je pars ! )

5 Décembre 2008 : 

Ca y est, j ai mon visa ! Une semaine avant de partir ;

Voila, donc c´est sur que je m en serai épargné si j avais commencé les démarches en France, mais aller a Paris pour ca ca aurait été aussi galère et plus cher.

Article #7

MX(7) : Día de muertos

ur cette fête unique, on va se faire un road-trip avec les potes couchsurfing Neto&Edgar, et Jo un étudiant allemand… Puis avec une auto-stoppeuse en plus. La bagnole est remplie.

Sur le chemin on s arrete dans un pueblo pour s empiffrer de tacos : on demande combien de temps pour Patzcuaro : on a droit à « 1h », « 5h », « un día » « 3h30 » !!! Dans le meme village ! Tout est relatif, le temps surtout au Mexique !!

Jusqu´au lac de Patzcuaro dans le Michoacan, le berceau de l´événement. . Dans la pure tradition des indiens Purépechas du Michoacan, les morts reviennent dans la nuit. Les familles les accueillent en décorant les tombes de fleurs et de centaines de chandelles. Puis elles passent la nuit dans le cimetière avec eux. Nous on vient voir et découvrir comment ca se passe. On va pas dormir on reste dans les cimetières toute la nuit ! A chanter danser manger discuter avec les familles. Ce soir là on est dans tout sauf un cimetière!

La Couchsurfing team de Guadalajara

Avec un enfant déguisé qui nous fera le baile de los viejitos, tradition purement purépecha

En haut de la Tour de Janitzio

Tzintzuntzan : 3 heures du matin, le cimetière sera orné de milliers de fleurs.

Et c´est joli

Ce jour là on est un peu morts vivants nous aussi

On avait dit qu´on ne dormirait pas cette nuit là : bon rien n´empêche de dormir dans la journée Edgar !

Article #8

MX(8) : Manzanillo / Barra de Navidad / Boca de iguana

Fin de semana en road trip playa avec Amber (US) Michael (US) Julie (Fr) Ana María (Arg.) Alex (Fr) et Eric (Mx) !!! Direction sud ouest de Guada pour aller sur les playas de Manzanillo y Barra de Navidad. Vendredi soir, notre van se pose à Manzanillo. On est seuls sur la plage, les étoiles commencent à se montrer et nous à se mouiller !

Le lendemain, on se réveille vite avant midi pour lacher l´appart dans les règles de l´art…Puis direction playa bien fur !!! Eric va venir en camión depuis Guadalajara, on va sur une autre plage, tranquille. Journée playa otra vez. Avec partie de foot avec les filles, volley, et gym !

Putain Alex niveau salto on y est presque ! Derrière la plage, la lagune est gorgée de crocodiles. On s´approche à un metre d´eux. Ana Maria reste derriere hehe mais y en autant !! Y en a de vraiments balezes, tu peux leur filer a bouffer comme tu veux. Faut faire gaffe quand meme y a un gosse qui s´est fait croquer l´année dernière. Le soleil se couche quand on part direction Playa Boca de Iguana. « On prend le chemin ou la route pour y aller ? » Le chemin est bordé de lagunes ca sent le croco ici! Au fond de Boca de Iguana, le campemento est ultra cher : 110 pesos par personne ! Avec pas grand chose en plus. Bon du coup on fait le tour des environs pour voir s´il n y a pas moyen de se le faire en sauvage… On marche de nuit pres d une lagune : soudain un bruit, l eau bouge…  Julie est terrorisée Aaaaah ca bouge, mais non c est un oiseau qui sort de l´eau! Bon on revient vite. Quand on revient, on pointe la lampe sur le panneau qu on avait pas vu : « Peligro Cocodrillos ». Oups !Alex devait retrouver Abril et ses potes de l ITESO par ici. On la retrouve completement par hasard (en fait on la suivait sur le chemin avec le van…) Du coup, on les rejoint à leur campamento, beaucoup + fun fiesta et moins cher ! On est partis à 7, on se retrouve 30 sur la plage. Plantage de tante, accrochage de hamac, allumage de feu et on fait la teuf sur la playa toute la nuit ! A coté des types jouent de la guitare. On se fait un karaoke en plein air…

Bon le plan à la base c´était d´aller Puerto Vallarta demain. Tu parles on est trop bien ici on va rester oui ! La plage, les potes, le filet de volley, le feu, la musique…! Avec Michael et Alex, on fait les sauvages: on prépare les armes pour pêcher à la Into the wild : 2 harpons faits avec une feuille de palmier. On aura rien pêché. On coupe le bois avec les moyens du bord. On prépare le feu, les filles elles, la bouffe. Quand elles arrivent les braises sont nikels pour les quesadillas.

Les meilleures quesadillas qu´on ait jamais mangées !!!! On aura bien mérité le dessert Bonbones. La nuit,  c´est fiesta autour du feu, tranquille, guitare, cotorrear avec les potes mexicains…« Eso es la vida ! »

Vivre toute sa vie comme ca !!! Pinche fin de semana, locura total !

                    > Avec la banda : Erick. Michael, Julie, Ana Maria y Alex!

Article #9
MX(9) : El diente
Là on se rapproche des exams pour tout le monde, et dur dur de bouger loin! Le campemento est a Tapalpa, c est sur ca serait enorme d en faire un de plus mais ils partent le vendredi a midi, et le vendredi a midi, je suis encore en entreprise a vendre mon projet hehe, je taff comme un acharné jusqu a 21h. Alex par mail motive pour une soirée Barra Libre…(le premier de ma vie en fait) Oui je le mérite bien j ai bossé comme un ouf toute la semaine! Yosbad a les invitations, Ana Maria vient avec nous, Alex ramene son van Chevrolet (le suburbaR hey hey !).A 5 heures du mat, on va diner, ou déjeuner, enfin peu importe. on se fait les meilleurs Tacos arabes de Guadalajara.
« Que tipo de chile es este ?  »
« Es un habanero, es el mas picoso »

Gros défi avec Alex. Bouffer les pires piments du monde !

Waaaaaaaaaaaaaahhhhouuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!

On l ´aura mérité : tacos offerts par le chef quand on passera devant la tienda !!! Mais rien que d y repenser j ai la langue qui pique! Heureusement pour moi que c est que la langue hein Alex!

Samedi, c est journee travail, je m avance a fond… pinche tarea. Mais demain ce sera descanso total au Diente !! On se fait un groupe : Michael, Ana Maria, Alex y yo pour aller escalader au Diente.. Wow frissons garantis !!! On se fait d abord une paroi 5.9 pour commencer. En plus tout est naturel ici ca donne des envies de se faire un campement! Te pourquoi pas la semaine prochaine ? puis on change de paroi pour se faire une paroi inclinée dans le sens sportif aaaargh ! Mucho esfuerzo !! Une 5.11 qui nous fait repousser les limites ! Mais ca vaut le coup ! Quel bonheur waouw ! On remet ca !?


********************************************************************************************************
********************************************************************************************************

Semaine suivante. On revient au Diente avec Alex et Mickael, Là bas on retrouve les Kadors de l´escalade : Jorge, Beto, Cesar… et Beto mi hermano qui nous rejoint ! On s´attaque à des parois niveau 9 pour s´échauffer, arrrgh la paroi est froide, et ca brule les doigts tu m´étonnes que personne ne l´avait prise cette route!

(INSERER PHOTOS ALEX MIKY BETO YO)

On va ensuite tout au fond du parc, o}u des murs de niveau 10, 11 et meme des 12 se présentent! Michael s´y attaque. Avec Beto, on monte une 10 super sympa. Ma préférée vraiment ! Avec les conseils de Beto et des pros on se perfectionne, et du coup on grimpe des parois de plus en plus difficiles et on profite plus. Le corps toujours contre la paroi, les pieds prennent bien le poids du corps, pour pas fatiguer les muscles des bras. Du coup ca se sent qu on se fatigue moins. J arrive en haut de la paroi et même pas fatigué !

( INSERER PHOTO )

En fin de journée, on revient sur la Roche du Diente pour escalader la Gran Ilusion. Comme dit Beto, està es muy divertido ! Alex se lance à installer la corde. Waouh ca gère ! Quelques dérapages certes mais mémorable !!! Puis Jorge l´installe jusqu´au bout. Je me lance à la faire aussi : repoussage de limites pour les Frenchies aujourd´hui !

Avec Alex et Michael on est raides. Maintenant on a des devoirs à terminer beurk.

La gran ilusión :

Sur la grosse difficulté de cette route, échec la première fois, mais les mains s´accrochent.

La deuxème fois ca passe ! Le reste c´est du gateau !
Commentaire de Alex sur la même photo Facebook :
 » On dirait une fourmi sur un grain de maïs !  »

Article #10

MX(10) : Lucha libre

La lucha libre, c´est un sport, connu aussi sous le nom de catch. Au Mexique, c´est vraiment dans les moeurs. Et meme si les lutteurs masqués se tapent dessus pour de faux, c est vraiment spectaculaire ET on se fend la gueule toute la soirée.

Parfois, le match il se fait dans les tribunes : ca gueule dans tous les sens, ils suffit qu´un type sorte une connerie pour que tout le monde la répète trente fois! Ca va aux filles (Vuelta Vuelta !! ou plus fin : Coqueta coqueta enseñanos las tetas, ou dans le meme genre : Que brinquen que brinquen !!! ), aux lutteurs (El de rojo es puto ! ) ou encore entre publics (Los de a bajo los de a bajo, chingan a su madre ! ). Manu a droit a un : guerrito guerrito, a ti te gusta el pito ! et j ai eu droit par les filles de derriere : Guerro guerro enseñanos las pompas avec tout le monde qui reprend en coeur! Pendant ce temps, deux types s acharnent,  se lancent l un sur l autre, se jettent en  l air pour retomber sur le type masqué par terre. Et on se marre bien.

Mistico est de retour dans l´arène! Avec Yosbad on se rapproche du ring ! Il va bientot arriver ! Mistico est toujours masqué: Mistico est le meilleur des lutteurs du Mexique et le plus populaire. D abord orphelin, il a été élevé par un curé puis s´est mis à lutter. On est tous pres du ring pour l acclamer ! ils luttent comme ils pourraient faire de la GRS : saltoavant , salto arriere, rondade flip, impressionnants ces types ! et toujours pour retomber sur la tronche de l´ennemi ! A la fin du match, Je tends la main comme un fan : aaaaaaarrrggh enorme, poignées de main avec Mistico !!!!!!! AaaAAAH ! Ben si c´est ca je me la laverai po !


Le Mistico, THE MIsticoooooooo !

Les luchadores en french touch !!!!

Article #11

MX(11) : Investigation de process.

  • Taff : news

Bon le semestre voit la fin s´approcher. L´entreprise a évolué en 4 mois comme jamais, on implante les systèmes, crée un MRP, les manuels, les process, les indicateurs de perf, refait une étude de marché, optimise les flux, fait des capacitations au personnel chaque semaine. Le document de la thèse avance aussi. L´avantage de l´avoir fait au fure et a mesure c´est qu´on peut respirer un peu et se concentrer sur la finalité du projet. La boite à outils a la structure, la boite, et un modèle d´outil dedans.

Et mon unique cours m a bien permis de faire le lien avec le projet de consulting. Changement dans les organisations : oui ca, l´orga a changé. A la fin ca se rapprochait plus de la psycho que de l´admin, c´est une matière transversale et ca vaut bien le coup.

A part de tous ces projets, avec l´équipe des ingés industriels, on est allés analyser les process d´une industrie sur le terrain pendant une journée.

  • Analyse de process industriel 

Le terrain : Arandas, dans les Altos, a 2h de GDL.

L´industrie : Tequila Cazadores !

Les produits en processus sont :

– la tequila blanca, qui s´embouteille sans se reposer

– la tequila reposada : qui va rester un mois en tonneau avant la mise en bouteille

– la tequila añejo : plus ancienne, avec un temps de repos supérieur à l´année

Il s´agit d´une distillerie, filiale de Bacardi, qui emploie plus de 100 personnes. Bon du coup j´en profite pour vous faire le topo (pour voir si j ai bien retenu le process hehehe) sur la fabrication de la Tequila. Ca vous dit ? Ouéééé.

                                 > Les ingés indus de l´ITESO !!

  • Le process de la tequila

1. Préparation du jus

C´est l´agave, sorte de cactus pointu en fleur, qui est le fruit de la tequila. Après la récolte, on sort le coeur de l´agave, et on met les branches dans un autoclave (four) avec pression pendant 24 heures.

Il en sort une pate sucrée, faite de fibres, broyée afin d´avoir le jus. Pour le moment, le produit est très sucré et contient. Puis on mouds le fruit avant de le diffuser : il en sort un liquide uniforme à 80°C de température.

2. Fermentation

Le liquide passe dans des tanks en acier inoxydable de 30 000 litres chacun (mmh un bon bain !). Ici on va y ajouter les levures qui ont pour fonction de transformer les jus d´agaves en alcool. On laisse le jus fermenter pendant 8 jours, et là on mesure les taux de sucre, températures, pH, et tout et tout.

Seulement ici il y a une particularité: la symphonie numero 40 de Mozart s´entend dans tout le hangar. Normal ? oui. Pourquoi ? Parce que la musique fait partie du process. Hein ? Ben oui. Explique ? Mozart avait la particularité de « ressentir la musique » qu il composait au travers des harmoniques et des vibrations. Les chercheurs ont vu qu´un maman qui écoute du Mozart donnera à son bébé une certaine sensibilité à son ouie. Pour la levure c´est le meme principe, l´effet vibratoire est bénéfique pour la qualité de fermentation. Les molécules de la levure et de l agave s´agencent de manière harmonieuse et ainsi, donnent de la bonne tek´.

   3. Distillation

Ici, on opère une double distillation pour acquérir une tequila de haute qualité. On enlève ainsi les impuretés, mauvais alcools, bactéries… C´est ici qu´on va obtenir l´arôme. Cette étape dure un jour.

 4. Repos

Maintenant, on va laisser reposer la tequila pour avoir de la reposada, ou de la añejo. La blanca va direct a l embouteillage. On met ca dans des barriques en bois. La cave est belle : il y a 17000 tonneaux c´est beau 😉

5. Embouteillage

C´est l´ultime étape. Celle qui me plait bien (souvenirs de Lactalis-Nestlé !). On met ca en bouteille, puis les convoyeurs les amènent a la bouchonneuse, puis etiquetteuse, certifieuse, puis empaquetteuse.

Ellie nous guide et nous présente les process. On est tous très curieux et c´est très intéressant. Maintenant un peu de pratique avec le conseil de Ellie (qui n´a rien à voir avec les process indus., mais plutot orienté qualité).

  • Pratique : Comment déguster une bonne tequila (sans rester carpette) ?

[Conseil de Ellie]

« D´abord, respirer un bon coup et avaler un peu d´air, ensuite glisser le précieux jus d´agave dans le gosier. Ensuite, faire sortir l´air, auparavant dans les poumons, par la BOUCHE. Et non pas par le nez, ca monte plus vite à la tête et du coup, le goût est moins sensible.« 

                                 > Avec Diego le barman et Ellie notre guide de la journée.

                                 > Analyse de process dégusataion, derrière le bar avec l´équipe. Tequila ?!!

Et voilà, on retourne maintenant. Les Altos c´est resplendissant : il y a un petit air de France (de la campagne) avec ces vaches Charolaises et  Normandes qui broutent au bord des routes.

Article #12

MX(12) : Últimos díassss

L’un des derniers posts avant de passer à l´aventure canadienne ! Passer de 27 °C à -27°C ca va donner.
Chronique d´une fin de semestre de ouf, avec beaucoup de taff (tareas finales y presentaciones aaaragh !), pas mal de teuff, et peu dormi ! Tres tes peu dormi. La c est clair faut en profiter a fond. Meme pas fatigue !!!!!!

Ca commence jeudi soir avec la despedida oficial. Je sors du boulot il est 8 h du soir. Les presentations sont ok a 100%, il ne restera plus qu’ a presenter hehe. Ca sera pour mercredi prochain.

Jeudi soir. Avec Alex on sort tellement tard du taff qu’on arrive au Citrus Bar quand tout le monde est pret a partir. N’empeche que ca bouge pas, on est les premiers a partir avec le Suburbar plein ! Alexa, Chelsea, Johanna viennent avec nous. Direction Puerta de Hierro pour l’ ICE Cluuuuub !! Que pinche frio ! Il fait moins 15 a l’interieur. Bon y a pas grand monde, c’ est tout petit en fait, la musique est pas assez forte, mais le fait d’ y aller avec 40 intercambios c’est enorme.!!! Puis quand on est bien geles, on se barre au Bali bar.Et puis bon ca fait parti des traditions maintenant : apres le bali bar, c’est rendez vous aux …. Tacos Arabes !!!!! Les meilleurs meilleurs tacos de GDL by night !!!!


Putain quelle equipe quand meme !

Puis au Bali


Vendredi matin : enfin !!! Je vais a l’INM Instituto Nacional de migracion pour recuperer : mon passeport, mon visa, avec un tampon et un autographe ! On etait 4 en attente : Chelsea, Alexa (US), Johanna (Suede) et moi (Fr…). Yaxal passe nous chercher. On attend des heures pour ce foutu tampon, et encore ils ont reussi a se gourer pour Johanna elle devra attendre encore plus. C’est qu’ on doit partir nous!
On est enfin en regles, a 5 jours du depart…

Vendredi soir, a La Folie. C’est l’ annif de Grecia, y a plein d’ intercambios qui sont deja partis. On en profite a fond quand meme. On passe la grosse partie de la soiree avec les Dj, a parler avec eux… et a faire les ambiances lumieres yeah:

Samedi avec Yosbad Ana Michael Alex a La Barca. Roadtrip pour passer le Lago de Chapala puis Ocotlan, puis encore un bout de route pour La Barca. Ici, un pote a lui fete son annif et nous invite !!! Wow les annifs a la mexicaine ca le fait. On commence la fete a 6 heures du soir, des tacos delicieux, un pote qui s occupe des cocktails, un autre sur les platines, un autre qui fait les tacos; Puis vers minuit on va a la fete du village, où la place principale est remplie de monde. Ca danse la banda avec tous ces petits groupes a chaque coin de rue !!! Ca c est le vrai Mexique, la fete a l etat pur. C est le Mexique qui te prend au coeur !!!!

On revient le dimanche apres midi, cq fait ed lq route quand meme; puis dimanche soir, on se retrouve qvec tous es potes couchsurfers chez Ernesto et Edgar.

Lundi, mardi c est grosse session taff et revision de tous les points avant les presentations finales. Et mercredi c est presentation finale des projets aupres des organismes gouvernementaux. JP m a prete son costard, c est classe; tout le monde est classe. La presentation se passe tres bien, c est un grand moment pour tout le monde.

Tableau de bord MX

Petit topo et info intéressantes pour se préparer :

Conversion Euro – Peso Mexicain

http://fr.finance.yahoo.com/convertisseur/convert?amt=1&from=EUR&to=MXN&submit=Convertir

Avions

Aller retour : Toulouse Amsterdam Guadalajara – GDL AMS TLS >>> 800 euros peuchère !

Si t´es dans le cas de : « No tengo dineeeeero »

Bourse du crous : www.crous.fr

Bourse de mobilité internationale : demande à ton école ou a ta région.

VISA

www.sre.gob.mx/francia/etud.htm

Premiers jours (oú se loger ?)

Chez un couchsurfeur bien sûrrrr!

www.couchsurfing.com

Oú trouver son squatt ?

www.compartodepa.com

Ou sinon les journaux : el Informador, el Mural.

OU tu passes dans les rues et tu demandes aux gens

Banques

HSBC : t en as partout

Scotia Bank : en partenariat avec la BNP pour ne pas avoir à payer de commission quand tu retires.

Banamex, Bancomer, Santander, …..

Budget

Loyer : 1600 $/mois

Bouffe : 3000 $/mois (carnivore et gros mangeur oblige….), incluant le repas du midi dans le campus a 37$.

Transport :  Transvales a Guadalajara pour prendre le bus : 2$50

                     Ride (auto stop ): 0 $ hehehehe

                     Vélo : au mercado Baratillo, t en as pour 400$

                    

Autres renseignements ? Inscris un commentaire t auras une réponse tant que tout est frais !

D´ailleurs, si cette page t´inspires l´inutilité et le matérialisme le plus profonds, commente aussi !
mail :

souperguigui@hotmail.com

L’envol

Demain, choc thermique.
Me lever sous le soleil de Guadalajara, et m´endormir dans la neige de Montreal.
Passage de +27°C à -27°C.
Ou passer du chile habanero à l´eskimo glacé !!!!!!!!!
Même pas froid !!!!!!!!!!!!!!!!

Pour retrouver Gaela, partager et se découvrir après un semestre en parallèle!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Vivre à fond l experience!!!!!

Les chemins se retrouvent !

RandoGuara : à la découverte de l’Aragon

Carnets de route d’un voyage initiatique dans l’Aragon, puis en Catalogne et en Andorre, en voiture et sac à dos.

(retranscription de notre blog de voyage RandoGuara.over-blog.com de 2007 – beaucoup d’orthographe et d’accents à retoucher à défaut d’avoir écrit sur un clavier non francophone, mais bonne lecture quand même ! )

  • Randos dans les canyons de Guara, au pied des Pyrénées.
  • Road trip sur les routes d’Espagne et d’Andorre.

De Toulouse a Perpignan, en passant 10 jours en Aragon, puis en continuant sur un road trip « Zaragoza – Madrid – Valencia – Tarragona – Barcelona – Andorra »

Jour -1 : le voyage avant le voyage

Un jour avant de partir, le voyage commence déjà. Parcourir la carte, redire à haute voix les noms de ces villages encore inconnus : Rodellar, Alquezar, San Martin,…. Avec un détail supplémentaire : je reviens d´Australie. Et Galou revient de Rodez, après avoir bossé tout l’été. Après un semestre de voyage en solitaire, on va se retrouver comme jamais.

Nouveau défi. Comme à chacun de nos voyages, voici la carte de notre trajet effectué. Jamais on aurait pensé le faire comme ca. Vamos y vemos !

On ne pensait pas (re)partir si vite. De retour a la vie soi disant normale, on s’aperçoit qu on est dans un véritable bordel. Ça fait même pas 24 h que je suis en France et on doit passer a la préfecture pour faire des papiers, qui est fermée, puis même chose pour l école ou les papiers devaient soi disant d être envoyés puis retournés…. Après un semestre de contact humain et de rencontres a l autre bout du monde, je retombe dans l individualisme le plus complet et les démarches prise de tête…

J avais commencé la première phrase de mon carnet de bord australien par : « Le plus dur c est le premier pas ». Attention quand même à la marche de retour. C´est la grosse claque. Seulement ça va nous motiver encore plus !! Le lendemain de nos retrouvailles, à peine près, on prend la poudre d´escampette.

En route pour l´Espagne, en route pour notre premier voyage en duo.

 


Jour 1 : PARTIR ! Partir à 2, quel bonheur !

Le bonheur existe quand il est partagé.
Premiers kilomètres de road trip. On ne devrait pas être trop surpris. Pourtant on découvre. On sait qu’on va aller plus loin que d habitude, de l’autre côté des Pyrénées, qu’on a le temps pour rouler, marcher. On s’arrête avant la frontière, dans un petit village basque accroché aux montagnes.

On passe les tunnels de la frontière. Les Pyrénées ca promet ! Puis, le paysage s´adoucit, l’Aragon a des airs d’outback australien… Après Huesca, on se dirige sur les routes de campagne d’Alquezar, notre point de chute. Mission accomplie, la voiture va se reposer maintenant. Au hasard, on sillonne le village superbe à la recherche de quelque auberge pas cher… Ca ne sera pas pour nous. Première nuit, on se trouve un chemin où l’on va faire le nid de nomade, pour la nuit. Ce sera aussi notre art de vivre pendant tout le trip. Budget réduit, soif de grands espaces. Soif de rencontres avec les gens, les voyageurs, la nature. Demain, la caminata commence.


Jour 2 : Alquezar, Sierra de Guara, Aragon.

Bienvenidos a la Sierra de Guara. Premiers pas et d´entrée ca coupe le souffle : les formations rocheuses sont uniques. On en prend déjà plein les yeux. On descend pour retrouver un premier pont, tout au fond du canyon. On suit le chemin çà trace c est facile.! Le plan qu on a acheté est plutôt bien fait. Mais sur une bifurcation on choisit un endroit qui donne sur une grotte, ou cul de sac aussi. C est sur, il mène jusqu’à la grotte, mais après il faut remonter tout ce que tu viens de descendre pour retrouver le chemin. Deux français ont fait comme nous. On se retrouve a 4 plantés en bas de cette cote… Ne jamais faire marche arrière, on commence par s inventer un chemin dans les buissons, en free style !

Les arbustes te piquent, ils t arrachent la peau. On sent que le chemin arrive ! Au bout d une heure de marche, on est toujours en hors piste, malgré l expertise de nos potes randonneurs. On se retrouve en haut d une falaise. En haut, coup d œil : l eau est turquoise, elle donne envie !! Mais elle est a 300 mètres en dessous de nous pour le moment on va devoir marcher un peu plus pour la retrouver. La les arbustes sont loin derrière et on marche dans les pentes des canyons, sans arbres. On descend on descend. Un bruit de cascade nous attire. On arrive a la cascade d Alquezar…

Peu de gens verront Alquezar sous cet angle. La vue est peut être réduite, mais c’est là le spectacle, le résultat de s’être perdus le premier jour de marche, et finalement d’avoir trouvé notre chemin.

Jour 3 : Alquezar

Depuis Alquezar, on repart pour nos 30 kilometres a pied quotidiens. Le but c est de faire une boucle.


Jours 4-5 : Rodellar

Rodellar est une ville phare pour nombre d’escaladeurs en Europe. C’ est le point de depart pour acceder a des routes de toutes difficultes, mais aussi des sentiers epoustouflants. On se gare un peu avant la ville, on va dormir dans la bagnole et se lever tres tot demain matin. Encore une trentaine de kilometres a pied, ca monte et ca descend, pour decouvrir les formations rocheuses, les animaux sauvages, et s user les souliers. ( T en fous, avec deux paires de pattes tu vas jusqu au bout du monde !)

Jour suivant :
D entrée, on se plante de sentier, on prend une boucle qui rallonge, mais qui nous emmene plus haut et la vue est nickel ! Tout l apres midi quasiment, on va redescendre pour se retrouver au niveau de la riviere. La bagnol est pas loin hehehe. On reste se baigner pres du pont, l eau est turquoise et on l a bien merite.

Jour 6 : Huesca pausa + vers Vadiello

Petit break a la ville pour faire le plein de bouffe, de bruit, et de repos. N’ empeche qu’ on s’ en rend pas trop compte d’ habitude mais on marche pas mal en se perdant dans les rues d’ une ville inconnue. On a toujours le ryhtme pour demain, surtout qu’ on a du lourd !!!
Ce soir en tout cas, on reviendra au pied du sentier, pour se lever demain matin et filer cash dans les montagnes de la Sierra de Vadiello! Les formations rocheuses sont différentes, on dirait des chich kebabs géants, ca va donner.


Jour 7 : Vadiello

La rando est super, les sentiers sont plus techniques certes, mais c est a couper le souffle. Petit detail de la journee : on sera seuls ! Pas un randonneur, meme pas une trace de pas ou de passage. La vallee est a nous. On marche sur plus de 25 kilomètres, selon les cartes. Chaque fois qu’on marche c’est pour trouver de l’eau avant de repartir par un autre chemin. Bien que le mercure monte à 30 degrés, l’eau elle reste à 14 degrés avec la proximité de la source. Ca n’empêche pas de sauter direct dedans. Ca rafraîchit avec effet garanti.

 

 

 


Jour 8 : Tozal de Guara

Challenge du jour : arriver a la pointe du Tozal de Guara. Bien que l’ altitude soit de 2072 metres, on va deniveler de plus de 1000 metres et la deuxieme moitie de la montee est rude !
On y est ! Il fait froid en haut, té ca change. En haut, les aigles et autres rapaces font le spectacle. C est d ici qu ils s elancent pour planer pendant des minutes entieres.


Jour 9 : Barranco San Martin

Une rando extra.

Jour 9 : Partir sur les routes

Jour 10 : Huesca – Zaragoza

La vie de nomade, c’est cool. On rencontre des gens tous les jours, et même à deux, le contact avec l’inconnu reste intact. Les bonnes expériences, les mauvaises aussi, il y a de tout, on se sent vivre à fond, et donner.

Sur la route de Zarragoza, Guigui conduit, on écoute de la musique espagnole, on roule à 120 les cheveux dans le vent. Tout d’un cuop on entend un bruit sourd, le volant se met à vibrer. Puis vibrer de plus en plus. Je regarde dans le rétroviseur : tout le monde nous fait des appels de phare. Guigui doit rabattre la voiture sur le côté droit, sauf qu’on est en train de dépasser un camion. On est engagés, il faut finir de le dépasser, alors que la voiture vibre de plus en plus. Ca y est, on revient sur le côté droit. Je regarde à nouveau dans le rétroviseur. Guigui tient le volant à fond.

« , il y a des étincelles qui sortent de la voiture. »
« … »
« , la voiture derrière nous, c’est la Policia Federal »
« … »

Le pneu avait explosé.
10 secondes à très forte adrénaline.
On remplace la roue sur place, les policiers nous aident à sécuriser le coin.
Et on repart !!!!

Direction Zaragoza !!!

Jour 11 : Zaragoza – Madrid

Beaucoup de ville… Mais voici la photo du jour

 

Jour 12 : Madrid – Valencia

Valencia, ville de rêve à l’architecture moderne et très originale. On passe un jour dans les enchevêtrements de métal, de bois, de briques.

 

 


Jour 13 : Valencia – Peniscola

Peniscola, c’est la destination du jour, destination de la maman de Galoo quand elle trippait avec ses potes il y a dix ans. C’est la côte. C’est aussi l’occasion de se faire un plouf.

Jour 14 : Peniscola – Barcelona

road trip, route route et route

Jour 15-16 : Peniscola – Barcelona – Andorra

On va rouler d’abord en suivant la côte, puis en retrouvant les montagnes catalanes. Direction Andorra !


Jour 17 : Andorra – Evol

Depuis Andorra, on se dirige vers la France, à la rencontre d’un des plus beaux villages de France, mais aussi pour nous le lieu d’une coïncidence énorme. (petit secret entre G. et G.)
Donc le panneau d’agglomération est déjà important, d’entrée. Puis on marche dans le village, on se croirait dans le calme d’un autre siècle, avec des gens très tranquilles et chaleureux. Evol

 

.

Experiment Australia – 20 ans au bout du Monde

Rassembler les troupeaux en hélicoptère CLONCURRY | Apprendre à monter à cheval avec des aborigènes métisses, excellents cavaliers QUAMBY | Marquer les troupeaux au fer chaud MC MILLAN | Garder des alpacas toute la journée COOMERA | Passer un jour avec un trappeur de kangourous LONGREACH | Se faire charger par une vache surexcitée dans le yard MC MILLAN | Ratisser les bassins à crocodiles pour trouver leurs dents INNISFAIL | Partager la folie d’un rodéo CLONCURRY | J’irai dormir chez vous dans le plus luxueux hôtel de la ville LONGREACH | Couper le moteur de la moto en plein désert pour observer les kangourous TANAMERA | Apprendre le didgeridoo avec un local GIN GIN | Refaire démarrer une vielle pelleteuse MILLA MILLA | Se faire offrir des vieilles santiags de cow boys et ne plus les quitter TANAMERA | Rencontrer complètement par hasard 2 potes français à une heure du matin CAIRNS | Se réveiller avec un lézard dans le sac de couchage COOMERA |  Vivre seul pendant des mois, vivre à fond, pour ensuite mieux se retrouver et découvrir plus encore. Pour partager le bonheur. PARTOUT